Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1232 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

Au sénat, le récit accablant de Yannick Morez, maire de Saint-Brévin. Comment les services de l’État ont reculé devant les nervis d’extrême droite

Maire démisionnaire de Saint-Brevin-les-Pins, Yannick Morez a livré, cette semaine, un témoignage effarant devant le Sénat. Les menaces (criminelles) dont il a été l’objet, les mensonges de l’état, le silence de beaucoup: « Le préfet, je l’ai eu deux fois au téléphone, le jour de l’incendie et le lendemain de ma démission, c’est tout. Le sous-préfet, une seule fois, le jour de l’incendie, depuis, plus jamais. Le manque de soutien de l’État, c’était flagrant ». Ce samedi, on a écouté ensemble l’intégralité de son récit. Car il dit l’époque, et nous concerne tous.

Un peu moins de deux heures d’audition pour entendre un homme solide, et calme, raconter sa descente aux enfers. Les fachos qui se regroupent, les lettres anonymes dégueulasses, les menaces claires, un préfet puis un sous-préfet puis un commandant de gendarmerie aux abonnés absents.

Dans cette audition, aussi, une cécité qui continue: la plupart des sénateurs présents refusent de mettre des noms sur les agissements. Comme s’il ne fallait surtout pas froisser cette extrême-droite en roue libre.

1 commentaire
  1. Excellent moment de partage avec la communauté sur la menace de l’ED qui plane sérieusement (en particulier ici à travers l’exemple des attaques contre le maire de St Brevin) et sur l’inaction/aveuglement de l’État à tous les niveaux sur ce sujet. Merci !

Plus de commentaires.

Cap sur les 1789 donateur·rice·s populaires !
Faire un don
Total
0
Share