Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1232 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

Essai

8 articles
+++

Abrégé de littérature-molotov de Mačko Dràgàn [extraits]

Que peut la littérature ? Quelle place peut-elle avoir dans la construction de nos imaginaires subversifs ? Voilà les questions que se pose Mačko Dràgàn qui dans son « Abrégé de littérature-molotov » (sous-titré « ceci n’est pas un essai littéraire car je préfère le cinéma »), paru aux éditions terres de feu. Une histoire de ces écrits pop-subversifs aptes à nourrir nos luttes et à donner voix à l’humain comme au non-humain. « Il y a urgence, écrit-il, à désincarcérer nos imaginaires de la voiture capitaliste en flammes -et la regarder partir en cendre de l’extérieur, en dansant, et en l’irriguant de notre feu ».
Didier Fassin Anne-Claire Defossez anthropologue, sociologue et médecin & sociologue & chercheuse
+++

L’Exil, toujours recommencé. Avec Anne-Claire Defossez et Didier Fassin

Il y a dix ans, Didier Fassin avait plongé dans les BAC des quartiers pour une enquête anthropologique remarquable et remarquée (La Force de l'ordre). Cette fois, avec la sociologue Anne-Claire Defossez, Fassin a arpenté les Alpes, à la frontière franco-italienne. Ensemble, ils ont rencontré des exilés dont le périple raconte les monde et ses bouleversements. Des pandores qui ne savent pas — ou plus, ou ne veulent pas — savoir à quoi et à qui ils servent. Des maraudeurs solidaires qui disent notre humanité. Mais pas seulement: Defossez et Fassin ont aidé les migrants ; elle dans leur démarches administratives ; lui comme médecin.
+++

Que reste-il de 1968 et de ses héros ordinaires?

C'est un pavé (sans mauvais jeu de mots), avec style et avec entrain, qui s'ouvre sur une mise en garde salutaire: ce livre n'est pas un panthéon d'héros déjà auto-héroïsés. Neveu est allé à la recherche de quidams, militants de fond, pour qu'ils et elles lui racontent sans fanfaronnerie ce qui les anima il y a 54 ans déjà. Avec style, donc, Neveu leur engagement d'avant-hier, leurs désillusions d'hier et leur combat d'aujourd'hui. Que reste-il, non de 1968, mais de l'engagement?
+++

Défaire l’imaginaire de la Silicon Valley. Jobs, Musk, et les autres. Avec Anthony Galluzzo

Musk et Bezos aujourd’hui, Jobs et Gates hier, Carnegie un siècle plus avant… Autant de noms à éplucher, de «miracles» à questionner, tant ils encombrent nos imaginaires et nous empêchent de saisir la dimension fondamentalement systémique, méritocratique et injuste de l’économie de marché. Avec pour symbole total: la Silicon Valley.
+++

«Violences judiciaires»: et si le problème de la justice c’était… la police ?

Raphaël Kempf, avocat bien connu de nos services (il est convoqué pour la troisième fois au Poste) sait de quoi il parle, quand il parle de « violences judiciaires », titre de son dernier ouvrage paru en ce mois de septembre 2022. En effet, depuis plusieurs années, il défend partout en France des gilets jaunes, et plus globalement ce qu'il nomme des opposants politiques, pris dans l'étau de la machine judiciaire. Il se sert de ses nombreuses expériences à la barre pour montrer comment l'état instrumentalise la justice pour réprimer les mouvements sociaux, tout en entretenant l'immunité dont bénéficient les forces de l'ordre.
+++

Qu’allons-nous laisser à nos enfants ? Etienne Davodeau convoqué Au Poste.

Dessiner, écrire, marcher. Et marcher encore. Des grottes du Lot jusqu’à Bure, d’hier à demain, de l’infini d’avant aux déchets nucléaires sans fin. Auteur de BD à succès, Étienne Davodeau signe avec « Le Droit du sol : Journal d’un vertige », une grande œuvre à mi chemin entre le reportage bucolique et l’introspection collective. Étienne Davodeau était convoqué Au Poste. Précis, sincère, profond, modeste : il a raconté son périple, et on a voyagé ensemble. Vendu à 100 000 exemplaires, « Le Droit du sol : Journal d’un vertige » est l’antidote de nos cauchemars éveillés.
+++

Edwy Plenel convoqué Au Poste

On a causé police, Costa-Gavras, actualité, Rainbow Warrior, démocratie malmenée et on a bu du café. Beaucoup. Puis on a reparlé : de 1789, du complotisme, de l’art du puzzle et d’archéologie, de Macron à Médiapart entre les deux tours, du journalisme de dénonciation versus de compréhension, et on finit sur le bruit des pantoufles, plus sourd encore que celui des bottes. C’était joyeux et sérieux.
Cap sur les 1789 donateur·rice·s populaires !
Faire un don