Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1252 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Sur les traces des rixes perdues avec Olivier Bertrand

Sur les traces des rixes perdues

Longtemps, dans un autre temps, Olivier Bertrand couvrait les banlieues pour Libération. Il traquait les corrupteurs, racontait les gens de peu, secouait la rédaction. Il y a trois ans, une rixe mortelle dans son quartier d’enfance (Vieillet, une cité de Quincy et d’Épinay-sous-Sénart) le ramène à sa jeunesse, les illusions, les siennes, les nôtres. Pourquoi et comment on est passé des bagarres aux duels sanglants?

Olivier Bertrand est journaliste, auteur et documentariste. Il a déjà publié Les Imprudents (Seuil, 2019).

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

La causerie en quelques mots

Ce matin-là, il est passé prendre un café chez son ancien collègue. Mais il n’est pas venu seul. Il a amené avec lui son dernier livre, Une Rixe (Seuil, 2023), sa mélancolie douce, ses souvenirs d’ado, son regard tendre et son analyse percutante. Une discussion complice, bien urbaine, s’engage alors, se tissant au fil des pages, des extraits lus par David Dufresne. Cet échange nous emmène en banlieue, entre passé et présent, entre quête et enquête : quête d’une adolescence perdue, diluée dans les transformations de la ville, et enquête sur les rixes d’aujourd’hui, sur une rixe – entre Vieillet et Épinay-sous-Sénart-, sur une mort, celle de Toumani, 14 ans. 

Je pense que dans les années 90 pour ce qui est des émeutes, dans les années 70 pour ce qui est des rodéos, tu sais dans la banlieue lyonnaise, les Minguettes, etc, y avait, je pense un signal d’alarme. C’est-à-dire, on casse, mais on casse sous les yeux des adultes.  Pour moi y avait comme un appel à être pris en charge, à être entendu. Aujourd’hui ces adolescents-là vont se battre à l’écart des adultes et entre eux. C’est-à-dire que c’est plus sur le mobilier urbain – enfin si, ça arrive, on l’a vu l’année dernière – mais sinon, le reste du temps, c’est sur leurs corps à eux qu’ils tapent, sur le corps de l’autre, mais qui vient du même quartier qu’eux.

Olivier Bertrand

Ce tissu urbain banlieusard, Olivier Bertrand le connaît bien, il est pour lui comme une « loupe » sur notre société, et il le dénoue fil après fil avec nous : son histoire, son quotidien – celui de sa jeunesse – son traitement  médiatique et ses « meutes »de journalistes – dont il veut s’extraire, ses politiques publiques, son isolement, ses « frontières mal placées ». 

  • La question de l’endo-colonialisme (la gestion des banlieues calquées sur un modèle ségrégationniste) notamment développé par M. Rigouste est-il un axe que vous considérez dans votre approche ?
  • Je ne pense pas que, de façon consciente, il y ait eu la volonté de créer des territoires qu’on allait pouvoir gérer comme on a géré les colonies, les territoires colonisés par la France. Par contre  y a plein de similitudes, ça, c’est certain. Dans la façon, précisément, de reléguer les gens ensemble, dans la façon également de rechercher un leader, des leaders.
Twistedn4il dans le chat, puis Olivier Bertrand

Au final, le fil rouge qu’il tire de cette étoffe grisâtre, c’est l’abandon de ces quartiers, l’abandon par une nation encore bien trop raciste, le constat que « ces enfants ne sont pas assez les nôtres ».

Plus que jamais! Si Au Poste vous aide à tenir, aidez Au Poste à tenir!
Faire un don
Total
0
Share