Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1252 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Submersion ou la connexion permanente. Bruno Patino (patron Arte) convoqué #AuPoste

Submersion ou la connexion permanente. Bruno Patino (patron Arte) convoqué #AuPoste

Depuis dix ans, au moins, le boss d’Arte écrit la nuit sur ce qui le travaille le jour. Penser le monde d’aujourd’hui, en faire partie (prenante), se connecter aux autres, et les autres à soi. Ancien du Monde, Bruno Patino revient avec Submersion, chez Grasset.

Il écrit: « Nous avons perdu la nuit. Les écrans sont arrivés, et avec eux la connexion permanente. Voici venu le temps de l’aube perpétuelle. De la lueur bleutée qui jamais ne s’éteint, du rayonnement qui jamais ne s’apaise. Eveillés, hagards, hébétés, nous sommes irrémédiablement attirés par leur lumière. Finies les insomnies, place à l’a-somnie et aux veilleurs sentinelles, à ceux pour qui la nuit n’est plus qu’une séquence hypnotique entre mauvais sommeil et connexion décevante. Je suis l’un d’entre eux. »

Patino était Au Poste dès potron-minet. Une heure. Et on était pas chez les cons: quelles sont les conséquences du trop-plein d’information, sur notre liberté, sur notre énergie ? D’après l’auteur, il ne s’agit pas d’enrayer la machine, mais de séparer traçabilité et surveillance, de se réapproprier notre discernement et de repenser nos choix, notre capacité à errer.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

“Submersion”. Voici comment Bruno Patino nomme « le triomphe absolu de l’économie de la data », de la « tension », de la « captologie », et ses effets sur nous. Loin de décrire une dystopie ou de prôner un “retour en arrière” impossible, le patron d’Arte s’intéresse à ce que cette submersion produit sur nous : « un sentiment de fatigue, d’engloutissement, de dépendance, qui modifie structurellement notre libre-arbitre », produisant « une délégation ». Il rappelle que d’après une étude britannique, nous passons 100 jours de notre vie à décider de ce que l’on va regarder. « Qu’est-ce que ça veut dire de déléguer ses choix à un algorithme ? Est-ce que c’est grave, anodin, efficace ? À quel moment nos choix sont encore nos choix ? » pose Patino.

L’accessibilité absolue, qui est une chance, une liberté, devient un envahissement régulier. L’abondance était une promesse, elle est devenue un problème. Et ce n’est que le début. Il faut retrouver notre liberté dans le trop plein.

Bruno Patino

Marqué par « l’utopie enfantine » de John Perry Barlow et sa déclaration d’indépendance du cyberespace (1996), ou encore par Barry Schwartz et sa théorie du paradoxe du choix, Patino explique que l’on se sent « beaucoup plus libre et satisfait quand on a le choix entre vingt options plutôt qu’entre un million. »

Son portable vibre, il a oublié de l’éteindre. « La submersion est là » dit-t’il en souriant, avant d’ajouter « comme dit Lacan, un acte manqué est un discours réussi. »

Ni cynique ni pessimiste, il confie : « à aucun moment je ne dis qu’il faut arrêter ce mouvement. Moi-même, j’y participe individuellement et professionnellement. Il faut le naviguer, à deux conditions : se pencher très fortement sur les questions de choix et sur le discernement entre réalité et fiction. »

Prenant l’exemple du concert des avatars d’ABBA auquel il a assisté à Londres, il décrit à quel point l’humain adore « l’imbrication entre fiction et réalité », précisant que cette suspension d’incrédulité a une limite : le discernement. « La technique ne résout pas ce que la technique crée. Le discernement s’apprend » développe-t-il. Le chat l’interroge : « croit-on parce qu’on manque de certitudes ? » Evoquant Don Quichotte, héros par excellence de la submersion, Patino répond « on y croit parce qu’on a envie d’y croire, parce que la réalité est décevante. »

Comment récupérer du libre-arbitre, du discernement ? Patino nous présente un nouvel exemple : celui du protagoniste de la série télé américaine Les Envahisseurs, David Vincent, qui rencontre les extraterrestres après s’être perdu. « David Vincent s’est paumé et ça a donné du sens à sa vie » philosophe Patino.

La culture c’est la rencontre avec quelque chose qu’on ne cherchait pas. C’est le début de la quête. […] Ce n’est pas qu’on produit trop, mais on ne choisit pas assez. Il faudrait pouvoir se tromper, expérimenter. Laisser le choix à l’errance humaine.

Bruno Patino

Répondant au chat qui lui demande son avis sur la notion “capitalisme de surveillance”, de Shoshana Zuboff, Patino parle d’un « livre majeur, très puissant”, mais se dit toutefois plus optimiste que la sociologue.

Il y a un espace de lutte politique entre la traçabilité et la surveillance. Ce qui me désespère c’est qu’on ne fait pas la différence entre les deux. Le combat politique majeur c’est justement la frontière qui doit être absolument la plus étanche possible, entre les deux, et qui ne va pas se faire naturellement, par autorégulation, par volonté tombée du ciel, mais par la lutte politique.

Bruno Patino

Empruntant des chemins de traverse dans notre échange, Bruno Patino le décrit comme « la conversation qu’on peut avoir quand on marche », glissant comme dernier mot « j’ai un plaidoyer pour marcher les mains dans les poches. »

Plus que jamais! Si Au Poste vous aide à tenir, aidez Au Poste à tenir!
Faire un don
Total
0
Share