Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 988 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

Soulèvement 2023: à qui profite le crime (et la rénovation urbaine)?

A Libération, Eve Szeftel suit (de près) le dossier urbanisme, logement et aménagement du territoire. Avec elle, on va tenter de plonger dans les sigles et dans les faits. Anru, QPV, plan Borloo, milliards d’euros, rénovation urbaine.

Où en sont les quartiers populaires, et l’argent public qui leur est destiné? Comment terrasser les rumeurs les plus folles et les plus coupables sur ce qui est, probablement, le plus grand chantier oublié de la République.

Et en première partie, retour sur le concert de soutien à Julian Assange, lundi dernier à Paris, dont Au Poste était fier partenaire.

Quelques chiffres:
  • 1 514 «quartiers prioritaires de la politique de la ville» (QPV),
  • 8 % de la population
  • Taux de pauvreté y est trois fois plus élevé (43 %) que dans le reste des unités urbaines.
  • Le revenu médian plafonne à 13 770 euros par an et par foyer.
  • Taux de chômage de 18,6 %: plus du double du niveau national.
  • Plus de la moitié des enfants vivent en situation de pauvreté : 57 %, contre 21 % en France métropolitaine.
  • Le programme national de rénovation urbaine (PNRU, 2004-2021), créé par la loi Borloo, a été financé à hauteur de 12 milliards d’euros. 12 milliards qui ont généré 48 milliards d’euros de travaux. Le PNRU a aussi généré 4 milliards de TVA, 6 milliards de cotisations et 40 000 emplois en dix ans.

1 commentaire
  1. Bonjour, Rénovation urbaine : la réponse de l’État, a été aussi de réaménager les quartiers pour disposer d’accès en cas d’émeutes et cette réflexion a été intensifier à la suite de la raclé prise par les USA en Somalie à Mogadicio. Observez les rénovation, on hésite pas à faire péter une tour ou ouvrir une barre pour y faire passer un accès en cas d’émeute, autrefois un gars comme Jean-Pierre Garnier en faisait état en son temps.
    Gentrification urbaine. Commerces et populations sont liées, pour faire partir les populations, il faut faire partir les commerces. À voir l’émission de M6 sur le communautarisme il y a quelques temps, elle indique la préoccupation politique et immobilère qu’elles génèrent. Là encore le pouvoir politique a des solutions à l’initiatives de la préfecture, ces derniers mobilisent plusieurs services conjointement pour des contrôles commerciaux (URSAF, DDPP, DDT, répression des fraudes). Ce type d’opération est généralement létale pour ces derniers, aussi de nouveaux commerces parfois sous licence s’installent, c’est aussi de la rénovation urbaine.
    Puisqu’elle est Lyonnaise, qu’elle aille voir du côté de la place DU PONT qui disposait d’un marché un peu sauvage de vieux Chibanis. M. TOURAINE du PS, racontait dans un des journaux de la ville de LYON que l’aménagement dans la ville requiert une bonne prépartion. On peut aménager des places de la façon suivante : – Soit on met des place en relief, et on empêche ce type de rassemblement illégaux, soit on met des fontaines, on mets l’eau quant-on ne veut pas du rassemblement, on le coupe quant-on veut en rassembler un. Le cynisme assumé ! Bien à vous

Plus de commentaires.

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share