Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 921 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Les co-commissaires: Philippe Artières, historien des XIXe et XXe siècles au CNRS (IRIS, EHESS) & Franck Veyron, responsable du département des archives de La contemporaine.

«Ripostes! Archives de luttes et d’actions, 1970-1974» Visite guidée expo

C’est à un voyage dans le temps qu’Au Poste vous convie. Dans les «Archives de luttes et d’actions 1970 – 1974», auprès des immigrés, des violentés par la police, des maos et des situs, des gauchos et des anarchos, de Libé naissant et des utopies en armes. L’expo – superbe, faite de livres, de tracts, de calepins, d’affiches – se tient à la Contemporaine (Nanterre).

On a fait le tour du champ de bataille et des vitrines en compagnie des co-commissaires Philippe Artières et Franck Veyron, pour une visite guidée sensationnelle.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

La causerie en quelques mots

Dans ce nouvel épisode, David Dufresne se fait l’envoyé spécial d’Au Poste pour couvrir les luttes sociales et politiques du début des années 70. Nous le suivons à l’université de Nanterre, à La Contemporaine, à l’endroit-même où débutèrent – le 22 mars, selon l’histoire officielle – les événements de mai 68.

« Et comme l’espérance est violente »

En 1976, l’écrivain Claude Mauriac choisit ce vers de Guillaume Apollinaire, extrait de son célèbre poème « Le Pont Mirabeau » (1913) comme titre pour le troisième volume de son Temps Immobile, chronique des « années Pompidou ». Cette présence de la violence, de la tentation de la violence, a été largement gommée dans les représentations que nous nous faisons désormais de la période ouverte avec la mort du général De Gaulle en novembre 1970, close en mai 1974 par l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de la République. Les images du peace and love et de la culture hippie, celles de la « libération sexuelle «, l’iconographie psychédélique font oublier combien, en ce temps-là, la France a été traversée de tensions, de conflits, d’affrontements, et de « batailles », pour reprendre un terme de l’époque.

Extrait du catalogue de l’exposition, Ripostes. Archives de lutte et d’action, 1970-1974 (CNRS Éditions, 2023)

A la Contemporaine, nous retrouvons Philippe Artières, historien des XIXe et XXe siècles au CNRS, et Franck Veyron, responsable du département des archives de La Contemporaine. Les deux co-commissaires nous proposent une visite guidée de leur exposition, Ripostes !, visite d’un intérêt graphique et d’une densité historique rares.

La Contemporaine, c’est une bibliothèque interuniversitaire qui est située sur le campus de l’université de Nanterre. C’est à la fois une bibliothèque, un centre d’archives, et un musée, et tout ça existe depuis la Première Guerre mondiale

Franck Veyron

Pour moi, ça donnait beaucoup de sens de faire une expo aussi ici, c’est-à-dire, c’est une histoire vivante. C’est vraiment une histoire qui est en cours.

Philippe Artières

Artières et Veyron ne manqueront pas en effet, durant ce voyage temporel organisé, tels de gentils docteurs Frankenstein de l’archive, de nous convaincre avec enthousiasme de la vitalité sans cesse renouvelée des 500 pièces présentées : documents d’archives, affiches, journaux,  revues, brochures, tracts, photographies, cartes postales… « Uniquement des productions militantes ! », qui mettent notamment en avant le travail des graphistes et des photographes.

Ripostes, c’est la riposte à une loi votée en juin 1970, qui est la première loi anticasseurs. 

Philippe Artières

Avec le texte de cette loi, dite loi Marcellin, affiché en grand format au départ de l’exposition, le ton est donné dès la première étape. Raymond Marcelin, alors ministre de l’Intérieur du gouvernement Chaban-Delmas, porte ce texte « tendant à réprimer certaines formes nouvelles de délinquance », qui va marquer les années qui vont suivre d’une forte répression policière et judiciaire.

Comment militer dans ces conditions ? Comment se placer par rapport à la loi ? Comment jouer avec, ou se jouer de l’illégalisme ? Comment lutter à l’extrême gauche, hors du parlement ? Comment répondre, ou non, aux provocations de «Raymond la matraque« ? Comment riposter ? Pour éclairer ces questions, l’exposition multiplie les points de vue écrits, les témoignages graphiques, le long de deux parcours, deux salles, deux dispositifs. L’espace « Les forces en présence » nous dresse le contexte politique du début de la décennie, tandis que « Le champ de bataille » nous fait pénétrer au cœur des luttes sociales : souscriptions, braquages, manifestations, féminisme, séquestrations de patrons, occupations de fermes, ou d’usines, antimilitarisme, répressions policières…

« Faut dire merci d’avoir conservé ça !

Luckopat dans le chat
Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share