Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 921 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

Rassemblement (du matin) contre l’antisémitisme. Quand l’extrême droite provoque. Choses vues et vidéo.

Ce matin, quelques centaines de personnes ont tenté de sortir du guêpier tendu par l’extrême droite: défiler contre l’antisémitisme MAIS sans elle. Choses vues.

Il est 11h, la Tour Eiffel fait la gueule, cisaillée en deux par d’épais nuages. Non loin, à deux pas de la stèle des Martyrs Juifs du Vel’ d’Hiv, des manifestants déploient une banderole, jaune, blanche et noire (ça a son importance): «contre l’antisémitisme, les racismes et l’extrême droite». Des gerbes de fleurs attendent d’accéder au mémorial, dont la CRS 12 bloque l’accès.

Parmi les manifestants: l’Union étudiante, Union syndicale lycéenne, quelques satellites jeunesse de Génération·s, de LFI, de la JOC, du NPA, du MRAP. C’est un rassemblement lancé in extrémis, après les cafouillages de la gauche, incapable de monter sa grande manifestation. Mais, au moins, c’est là. Et ce sont les jeunes, sous le crachin, qui sauvent l’honneur. Quelques députés (LFI, la plupart) sont présents, mais se taisent. Quelques cheveux gris, aussi, des couples de toujours, des habitués des marches pas toujours victorieuses. Tous laissent les vaillants lycéens et étudiants garder l’initiative.

Les mots des porte-parole sont simples, sont clairs; leurs mains tremblent d’émotion quand ils tiennent leur discours, mais les voix ne flanchent pas.

«Pour celles et ceux qui ne recherchent que la division, il faut montrer que personne n’est laissé derrière, et qu’etre contre l’antisémitisme ce n’est pas être islamophobe, et qu’être contre l’islamophobie ce n’est pas être antisémite. Il s’agit de deux racismes graves mais aux formes différentes.»

La porte-parole de l’Union syndicale

«Certains iront manifester [cet après midi] avec les héritiers de ceux qui ont déporté les juifs. Nous avons un message clair: nous lutterons toujours contre l’antisémitisme et contre le fascisme».

Manès Nadel, porte-parole de l’Union syndicale lycéenne

Et puis, en face, venues du coin opposé, des mains lèvent des pancartes jaunes, blanches et noires. Mêmes couleurs, même typo, mais contre-discours et inversion totale des valeurs. Autant de slogans, anonymes, de contre-manifestants. «Touche pas au Vel d’Hiv», «Touche pas à la Mémoire». Le cordon de CRS s’interpose entre les premiers et les seconds. Une large banderole de Tsedek! (collectif juif décolonial) masque les contre-manifestants, dont la rumeur dit avoir reconnue des visages de l’extrême droite (Reconquête, Bétar, Ligue de Défense Juive — dont certains se retrouveront dans le cortège de l’après midi). Parmi certains contre-manifestants, on sent aussi, parfois, une inexpérience, un goût d’amateurisme pas bien sûr.

Voici le temps des brouhahas. Des invectives. Des slogans qui fusent. La minute de silence réclamée par les organisateurs est en partie couverte par les cris odieux de ceux qui prétendent défendre la mémoire des Déportés. «Hors sujet» lancent les seconds aux premiers. Ce n’est pas irréconciliable, c’est guerrier. Et c’est triste à pleurer.

Plus tard, le CRIF félicitera les contre-manifestants:

Puis les contre-manifestants se dispersent, à la demande de la Préfecture de Police, qui tarde à laisser les manifestants s’approcher de la stèle. Un homme attend, bouquet rouge à la main, sourire amer, regard franc. Une femme retient ses larmes, de rage et d’infinie tristesse. Frédérique, de Tsedek! vient me raconter comment sa famille échappa à la rafle du Vel’ d’Hiv (un voisin policier a prévenu, une concierge voulait dénoncer). Peu à peu, les manifestants quittent les lieux à leur tour. Certains ont déposé les fleurs au pied des policiers, qui barrent toujours l’accès au monument. Effet de sens terrible, télescopage historique. Fleurs, bottes, Vel d’Hiv.

Ils ne sont plus qu’une poignée de manifestants quand le commandant CRS reçoit enfin de la Préfecture l’ordre de laisser les manifestants déposer leur gerbe.

La minute de silence se fait double, voire triple. La pluie cesse.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

Sources, liens, références

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share