Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 992 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Pauline Gensel et Olivier Petitjean #AuPoste

Où est passé le «pognon de dingue» post-confinement (aka: les 100 milliards de France Relance)?

Entre deux confinements, en septembre 2020, Macron présente France Relance, un plan d’investissement à la coquette somme de 100 milliards d’euros. Le but: sortir de l’effet de sidération et stimuler l’économie française post-pandémie de Covid-19. LObservatoire des multinationales vient de dresser le bilan de France Relance. Et il n’est pas (bien) reluisant (sauf pour certaines entreprises). A l’heure où l’on annonce un «choc d’investissemnt» de 1000 milliards, on fait le point avec l’Obsservatoire.

Opacité, pari sur l’amnésie collective, services publics dépouillés, comment le néolibéralisme se fabrique une place au soleil, et barre l’espoir aux autres.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

Les principales conclusions de l’Observatoire des multinationales:

Selon le bilan officiel, sur les 100 initialement prévus, 72,8 milliards d’euros ont été décaissés par l’État à la fin novembre 2023.

Le dispositif se caractérise par une grande complexité et – en partie de ce fait – par une grande opacité. La France n’a pas publié de véritable liste des 100 premiers bénéficiaires du plan de relance, comme exigé par le Parlement européen, et les données de son tableau de bord officiel n’ont plus été mises à jour depuis deux ans. Même les experts chargés des évaluations officielles du plan admettent n’avoir pas eu accès à toutes les données nécessaires.

Le plan de relance repose à 65% sur des aides aux entreprises de diverses formes (baisses d’impôts, subventions, aides à l’embauche), à quoi s’ajoutent des aides à l’achat qui bénéficient elles aussi aux entreprises et aux ménages aisés.

Par contraste, les services publics n’ont reçu que 7% des fonds – principalement pour la SNCF – et les mesures bénéficiant aux ménages modestes représentent moins de 1%.

Le plan de relance incluait 6 milliards d’euros pour le système de santé public dans le cadre du « Ségur de la santé » acté en 2020. Cette somme est déjà largement en deçà du manque d’investissement constaté depuis quinze ans. À en croire les (très lacunaires) données disponibles, seule une petite partie de cette somme a été effectivement décaissée fin novembre 2023.

Les deux principales lignes de dépense du plan de relance sont la baisse des impôts de productions (10 milliards d’euros par an) et les aides à l’apprentissage largement critiquées pour l’effet d’aubaine qu’elles ont créé. Toutes deux relèvent d’une logique de saupoudrage général au bénéfice du secteur privé dans son ensemble, sans priorisation stratégique ni distinction de secteur ou de taille et type d’entreprises.

Le plan de relance a été très peu transformateur, y compris sur le plan de l’action climatique qui devait être un de ses axes structurants. Le volet « écologie » a été sous-dépensé et a été ventilé en une grande quantité de programmes dont certains n’ont qu’un intérêt limité du point de vue de la baisse des émissions de gaz à effet de serre.
·Le plan de relance avait été annoncé comme un moteur de croissance qui permettrait in fine à l’État de rentrer dans ses frais grâce à des recettes fiscales accrues. Ses effets économiques apparaissent bien peu discernables, les recettes escomptées ne se sont pas matérialisées, et l’heure est désormais au retour de l’austérité budgétaire, dont les premières victimes ne seront pas les aides aux entreprises introduites depuis 2020 ou avant, mais les politiques environnementales et sociales. Et ce, alors que l’obtention des subventions européennes (40 milliards d’euros sur les 100 du plan) était déjà conditionnée à la réforme de l’assurance-chômage qui a drastiquement réduit les droits des demandeurs d’emploi.

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share