Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1463 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Michaël Zemmour #AuPoste

Michaël Zemmour: «La gauche dit “on réoriente”, le RN dit “on continue”, le racisme en plus»

Joie et honneur de recevoir l’économiste par lequel la «réforme des retraites» avait eu droit à un contre-récit détaillé, circonstancié, et apaisé. Avec le chercheur associé à Sciences Po (évaluation des politiques publiques), on a scruté les programmes économiques du RN et du front populaire. Masterclass.

Michaël Zemmour, né en 1983, est professeur d’économie. Un de ses champs de recherche est l’étudie des systèmes de financement de la protection sociale et des services publics.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

La rencontre en quelques mots

Michaël Zemmour, né en 1983, est professeur d’économie. Un de ses champs de recherche est l’étude des systèmes de financement de la protection sociale et des services publics. Il fait partie des économistes, près de 300, signataires de la tribune soutenant le programme du Nouveau Front Populaire (1).

Il est souvent qualifié d’économiste « de gauche », sur les plateaux où on oublie de préciser que les économistes libéraux sont de droite. Ses méthodes sont les mêmes, mais les questions qu’il pose sont différentes. Au lendemain de la conférence de presse de Jordan Bardella et des grands oraux face aux patrons du MEDEF, Michaël Zemmour vient proposer son point de vue d’économiste sur les programmes des forces politiques en présence.

Être économiste de gauche, c’est poser des questions de gauche à l’économie. Quelles sont les conséquences sur les individus ? Par contre, la manière de traiter les questions reste dans les règles de l’art.

Michaël Zemmour

Le programme du Rassemblement National

Faire le comparatif des programmes soulève un premier problème : ils ne sont pas du tout détaillés de la même manière. Ce dernier, « brouillon, aux chiffres changeant en permanence », entretient à dessein le flou de la stratégie politique du parti. Pourtant, si l’on peut dire quelque chose de clair sur le programme du RN, c’est qu’il est « bien de droite ». Il tient le même cap que la politique du gouvernement Macron, à savoir : vider les caisses. Baisses d’impôts sur les plus riches, baisse de cotisations sur les entreprises, compensées par le définancement des services publics.

On ne peut pas en même temps baisser les cotisations sociales sur les entreprises de manière massive, et revenir sur la retraite à 64 ans, c’est l’un ou l’autre. Le Front Populaire, programme de gauche assez classique, dit « on revient sur la réforme et on s’en donne les moyens, y compris avec des recettes de cotisations sociales » ; le RN garde les baisses de cotisation et garde la retraite à 64 ans.

Michaël Zemmour

Nous avons donc bien affaire à un programme de droite, mais pas seulement : c’est un programme d’extrême-droite. La nuance n’est pas gratuite, « c’est un enjeu économique de le qualifier comme tel ». La suppression de droits sociaux et de l’accès à certains emplois promise à une partie de la population active, au nom de la « préférence nationale », générerait des désordres économiques qui feraient « basculer environ 100.000 personnes dans la pauvreté, dont des enfants français nés de parents étrangers », d’après les estimations de plusieurs économistes.

Le programme du RN aggrave les inégalités par le haut et par le bas : il améliore le sort des plus riches par des baisses d’impôt, il diminue le sort des classes populaires, et n’améliore pas le sort des classes moyennes.

Michaël Zemmour

Les milieux d’affaires ne semblent pas inquiets pour autant. L’assise libérale du programme n’a rien pour les dérouter, et à première vue, leurs indicateurs fétiches ne semblent pas avoir à bouger. « Faute morale et politique » pour Michaël Zemmour qui rappelle ce qui n’est manifestement pas acquis pour tout le monde : « Si vous dites qu’il n’y a pas de problèmes parce que telle variable ne bouge pas, et que vous faites l’économie contre la population, vous ne pouvez pas dire que l’économie va bien ».

L’électorat du RN, pourtant desservi, pour l’immense majorité, par la politique proposée par le parti d’extrême-droite, est sensible au discours xénophobe, à la promesse que leur sort s’améliorera parce que celui des personnes « moins françaises » va se dégrader. C’est au final le même mouvement, le racisme en plus, que celui du gouvernement actuel qui s’attaque aux droits des chômeurs pour faire espérer au reste de la population active un quelconque progrès. Dans les deux cas, les services publics sont les grands perdants.

On fait miroiter aux classes moyennes du pouvoir d’achat, de la baisse de TVA. D’abord, si la TVA baisse, rien n’assure que les prix baisseront, elle peut être empochée par les vendeurs ; ensuite, ce sera autant moins d’argent pour l’école, la santé… Et si ces services ne répondent plus, que vous êtes obligés de vous tourner vers le privé, votre pouvoir d’achat n’aura pas augmenté.

Michaël Zemmour

Le travail de l’économiste

« L’économie, ce n’est pas qu’une affaire de tableaux Excel ». Certains chiffres sont estimables de manière relativement précise, comme les coûts directs de mesures telles que la suppression de l’ISF, ou la réforme de l’assurance-chômage. D’autres le sont beaucoup moins, dépendent de facteurs extérieurs, de la situation économique globale qui est elle-même incertaine. Pour évaluer un programme, dont on ne sait d’ailleurs si il sera tenu jusqu’au bout ou non, il ne s’agit pas d’additionner les chiffres : c’est la stratégie générale qui est à observer.

Le programme du Front populaire est d’ailleurs construit ainsi : des mesures d’urgence sont définies pour les 15 premiers jours, d’autres dites de « bifurcation » pour les 100 premiers jours, d’autres plus générales pour la suite du mandat. Le cap est clair et cohérent : redistribution des richesses. L’argent est pris là où il est, par l’arrêt des baisses d’impôt inutiles, la taxation des très hauts patrimoines. Les détails de chaque mesure seront mis à discussion avec les acteurs concernés. « C’est en marchant qu’on avance », nous dit Michaël Zemmour, qui tord le cou à l’idée qu’il serait plus sérieux de tout définir à l’avance, puisque rien ne garantit le respect des chiffres énoncés.

Le débat démocratique gagnerait donc à ne plus tourner autour du chiffrage mais des orientations stratégiques. Pour cela, il s’agirait pour les journalistes spécialisés d’avoir du temps pour analyser les programmes, au lieu de reprendre à leur compte les dossiers de presse préparés par Bercy. Et une arrivée au pouvoir du Rassemblement National, avec sa volonté de privatiser l’audiovisuel public, réduirait à quasiment rien les espaces où la place pour le débat restait encore envisageable.

Il y a clairement trois orientations politiques à ces législatives. Le gouvernement dit « on continue ce qu’on fait depuis sept ans », la gauche dit « on réoriente », l’extrême-droite dit « on continue avec les politiques racistes en plus ». […] On pourrait avoir un débat là-dessus, poser des questions à chaque camp. Mais à la place, les journalistes économiques ne travaillent pas leur sujet, jouent l’épouvantail en sortant des chiffres auxquels personne ne comprend rien, et évitent ainsi le débat.

Michaël Zemmour

Du point de vue des politiques sociales, qui sont le cœur du travail de Michaël Zemmour, l’aspect le plus important du programme du Front Populaire est qu’il tend à assurer un revenu minimum garanti quelque soit la situation. Si le RSA n’en est pas très loin, son montant est trop faible et son attribution comporte beaucoup d’exceptions. L’esprit du programme du Front Populaire au niveau national est d’ailleurs analogue : garantir à l’État le financement de services publics forts, comme une assise stable qui permet d’envisager l’avenir.

Au fil de l’entretien, l’économiste continue de comparer, sujet après sujet, les programmes du Front Populaire et du Rassemblement National. Logement, éducation, fiscalité, réforme des retraites, pénibilité du travail, réforme de l’assurance-chômage, amélioration des conditions de travail… le programme d’extrême-droite est fait de mesures symboliques qui n’ont aucune cohérence entre elles, taillées pour diminuer le coût du travail, là où le programme de gauche dessine une trajectoire de redistribution, de désintoxication des entreprises aux aides publiques pour financer des droits sociaux forts, des conditions de travail décentes et des rémunérations à la hauteur.

Ce n’est pas leur sujet d’être compétents et efficaces, mais plutôt de rassurer le milieu d’affaires, et surtout de changer l’ordre politique. Ils ont les idées beaucoup plus claires sur la préférence nationale que sur tout le reste.

Michaël Zemmour

(1) « Les orientations économiques du Nouveau Front populaire répondent aux défis de notre époque » – Nouvel Obs – 25 juin 2024 – https://www.nouvelobs.com/politique/20240625.OBS90197/les-orientations-economiques-du-nouveau-front-populaire-repondent-aux-defis-de-notre-epoque.html

Trois questions clés

Qui est Michaël Zemmour

Michaël Zemmour est économiste, enseignant-chercheur à l’université Lyon-2 et codirecteur de l’axe de recherche « Politiques socio-fiscales » du LIEPP, plateforme de recherche de Sciences Po.

Quelle est la spécialité de Michaël Zemmour ?

Michaël Zemmour est un économiste spécialisé dans l’analyse des politiques sociales.

Quels économistes soutiennent le programme du Nouveau Front Populaire ?

Parmi les économistes qui soutiennent le programme, on retrouve Michaël Zemmour, Julia Cagé, Thomas Piketty, Gabriel Zucman, ou encore Esther Duflo, prix Nobel d’économie en 2019. Une tribune signée par 300 économistes est publiée sur le site du Nouvel Obs.

Plus que jamais! Si Au Poste vous aide à tenir, aidez Au Poste à tenir!
Faire un don
Total
0
Share