Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 930 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

Les condés de la Commune. Avec Quentin Deluermoz

Plus de deux heures avec Quentin Deluermoz, historien, sur la Commune revisitée ; la Commune, « événement médiatique mondial » (à l’époque) vue « par le bas », comme il le dit et comme il le fait. C’est quelque chose.

Avec Quentin, dont les débuts de sa carrière s’enracinent dans l’histoire de la police des villes, on a tenté de retenir la sève de ce moment « saturé d’informations et d’interprétations ». C’était ce lundi, 18h, dans Au Poste.

La Commune de 1871 reste en France autant invoquée que méconnue. Parce que le Paris du XIXe siècle est une ville-monde, hôte de nombreux étrangers en exil, et au centre des grandes questions sociales qui traversent l’Occident, la Commune de Paris est un événement aux implications et répercussions mondiales. En ce 05 avril 2021, David Dufresne reçoit Quentin Deluermoz, historien, qui s’est attelé dans son ouvrage « Commune(s), 1870-1871 – Une traversée des mondes au XIXe siècle » à nous y faire entrer « par le bas », au plus près des acteurs. Écho à plus d’un titre des critiques actuelles de l’État, la Commune contient en elle toute la modernité, ce qui rend son analyse d’autant plus délicate mais importante.

Les communards sont tous pour l’abolition de la préfecture de Police, mais restent républicains : l’idée est que les citoyens doivent prendre en charge leur propre police.

Quentin Deluermoz

Quelle est la police de Paris en 1871 ? Quelles sont les revendications des Communards en la matière ? « L’ancienne police doit être supprimée […], et la sécurité urbaine doit être confiée aux citoyens en armes au sein de la Garde Nationale », résume Deluermoz dans son précédent ouvrage « Policiers dans la ville ». Les communards organisent ainsi leurs propres polices, préférant aux officiers et sergents de l’ancienne institution des citoyennes et citoyens de confiance, dans chaque quartier, formant ainsi une mosaïque unique en son genre de micro-ordres au sein de la ville.

Il y a un réservoir de réflexions sur ce qu’est un ordre, qui font écho aux débats que nous avons aujourd’hui. Quelle est la justification de la délégation de l’autorité ? Qu’est-ce qui vous donne le droit d’intervenir sur quelqu’un dans un système où tout le monde est censé avoir la même part de puissance publique ?

Quentin Deluermoz

Loin de l’anarchie furieuse décriée par l’exécutif d’Adolphe Thiers, mais non pas sans heurts ni dissensus, la Commune porte sa vision alternative de la République, de la loi, du droit, de la propriété, avec un désir d’autonomie et d’universalité qui s’oppose frontalement à l’État bourgeois qui résiste depuis Versailles.

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share