Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1232 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Fabrice Riceputi historien Le Pen torture

Le Pen et la torture: un point de détail du lepénisme?

A l’heure où le bloc bourgeois se jette dans les bras d’un lepénisme que l’on dit ripoliné, l’historien Fabrice Riceputi réunit aux éditions du Passager Clandestin un dossier historique particulièrement accablant pour le père de Marine Lepen (qui n’a jamais renié son héritage, ni historique ni politique).

Ce lundi soir, l’historien Fabrice Riceputi, spécialiste des questions coloniales et postcoloniales, est Au Poste pour une soirée ciné-débat autour du passé algérien de Jean-Marie Le Pen. Son tout dernier ouvrage, « Le Pen et la torture : Alger, 1957, lutter contre l’oubli » (Edition du Passager clandestin), entre en totale résonance avec le film «A propos de l’autre détail» (1988) de René Vautier (diffusé en direct sur Au Poste, le film est disponible sur https://www.cinemutins.com/). Les deux œuvres nous dressent, en recueillant plusieurs témoignages de victimes, le portrait glaçant d’un certain Le Pen, lieutenant du 1er Régiment Etranger de Parachutistes, tortionnaire, sans nul doute.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

La causerie en quelques mots

L’étonnant eût été que Jean-Marie Le Pen n’ait pas torturé.

Fabrice Riceputi

Avant la diffusion du film, Fabrice Riceputi revient sur le contexte historique. Nous sommes fin 1956, à Alger. Le FLN (Front de Libération National), luttant pour l’indépendance de l’Algérie, menace d’une nouvelle stratégie : une grève de 8 jours. Le gouvernement français de l’époque, jugeant que cette stratégie pourrait retourner l’opinion contre lui, et usant de la loi des « pouvoirs spéciaux »,met alors en place une militarisation de la répression, répression nocturne, répression clandestine, à grands coups de « disparitions forcées ». C’est ainsi, dans ce contexte, que Jean-Marie Le Pen quitte les bancs de l’Assemblée Nationale, pour reprendre du service…

Après la diffusion du film, et alors que le tchat est encore bouleversé par les récits qu’il vient d’entendre, l’historien nous explique quelle est pour lui l’utilité de son ouvrage, et comment il vient compléter les travaux de René Vautier, et d’autres, avant lui. Fabrice Riceputi veut lutter contre la dédiabolisation du Front National, « insupportable » selon lui. Il veut remettre en lumière la matrice de ce parti : l’arabophobie, et ses racines coloniales.

Comment ne pas se dire que, effacer les racines, les racines idéologiques du Front National, en niant l’activité de Le Pen en Algérie, c’est une sorte d’aboutissement [de la dédiabolisation] !

Fabrice Riceputi

Il expliquera un peu plus tard l’importance d’avoir rassemblé l’ensemble de ces témoignages incriminants.

Pourquoi est-ce que ces témoins-là, on peut les mettre à la poubelle aussi facilement, c’est parce qu’ils sont algériens ! C’est-à-dire que là, on est encore dans un tropisme colonial !

Fabrice Riceputi

Son travail a aussi été celui d’un enquêteur, recoupant les informations (rapports de police, enquêtes journalistiques et archives militaires), créant ainsi un récit chronologique cohérent des agissements tortionnaires de Jean-Marie Le Pen à Alger, récit d’ailleurs mis en carte dans le livre.

  • Est-ce que l’on sait quelle était l’implication des ministres de la 4ème République concernant la torture systématique ? (Luckopat dans le chat)
  • Ils l’ont couverte, et ils l’ont encouragée même ! (Fabrice Riceputi)

L’interview détaillera ensuite l’implication des politiques dans le conflit algérien, la mise en place d’un système concentrationnaire, la « justification de la torture » et la « fable perverse des tortionnaires », les différentes enquêtes journalistiques sur les agissement du chef de file du FN en Algérie, et les procès en diffamation qu’il intentera en retour, la découverte d’un poignard des Jeunesses Hitlériennes portant l’inscription « J. M. Le Pen 1er REP » oublié lors d’une séance à domicile, la difficulté d’accès, voire de l’inexistence des archives de cette période, le départ mystérieux de Jean-Marie Le Pen d’Alger, l’implication de François Mitterrand, le livre «Le Pen, une histoire française7 de Cohen et Péan (2012)… Autant de « points de détails » qui seront, faut-il l’espérer, des coups de « poignard » portés aux idéologies d’extrême droite.

Cap sur les 1789 donateur·rice·s populaires !
Faire un don
Total
0
Share