Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1116 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

L’androcène, c’est mort. Avec Adélaïde Bon, Sandrine Roudaut & Sandrine Rousseau

Les deux premières ne sont jamais venues Au Poste; la troisième est une habituée. Ensemble, elles débarquent pour nous annoncer que, enfin, l’Androcène, l’ère de l’homme, enfin, de certains ; c’est (bientôt) fini. Promis: pas de polémique à la noix, du fond, rien que du fond. Parce qu’on est comme ça, Au Poste.

À l’encontre des récits « de puissance, de maîtrise et de domination », l’ouvrage « Par-delà l’Androcène » est un manifeste des intérêts communs de l’humanité, à une époque où les crises de notre environnement les rendent d’autant plus visibles et urgents. Les trois autrices dénoncent la confiscation des rapports sociaux par l’alliance de deux discours, l’injonction à consommer d’une part et la désignation de l’humanité comme intrinsèquement mauvaise et nécessitant d’être régulée par une fraction puissante. En bref : « travaille, consomme et tais-toi, on s’occupe de tout ». Ce schéma économiquement idéal dans une optique capitaliste s’applique par la domination et la conquête, produisant des effets bien concrets et à toutes les échelles sur les corps, sur les ressources, sur l’environnement.

Il y a plein de mots pour désigner le temps dans lequel on est : l’anthropocène, le capitalocène… Tous ces mots permettent d’appréhender des parties différentes de la complexité du bouleversement en cours. L’androcène est le mot qui manquait pour désigner les rapports sociaux qui ont engendré l’anthropocène, c’est-à-dire les systèmes de domination mis en place depuis des siècles qui ont pour point commun d’engendrer des violences sur les femmes, les enfants, la Terre, le corps social, les peuples indigènes et racisés…

Adélaïde Bon

Sandrine Rousseau précise que ce sont les récits structurels de cette société-là qui sont genrés. Alors, évacuons immédiatement une question triviale : oui, une femme au pouvoir peut perpétuer les mêmes mécanismes. Mais n’omettons pas que les postes de pouvoir, là où sont prises les décisions structurelles, ont de tous temps été très majoritairement occupés par des hommes. L’écoféminisme puise sa raison d’être dans le lien qui est fait par ses militantes et militants entre d’une part, le fait que les structures de domination soient incarnées par des hommes, et d’autre part, les dégâts causés par ces structures. Cette lecture des sociétés modernes a pour vocation d’enrichir aussi bien les luttes anticapitalistes qu’antipatriarcales.

Si l’on n’analyse pas le caractère patriarcal de la colonisation, de l’esclavagisme et des autres destructions qui ont eu lieu, on manque une partie de leurs motivations. Et les femmes sont toujours en première ligne de ces destructions.

Sandrine Rousseau

En effet, si le patriarcat remonte à la nuit des temps, ses formes actuelles sont à lire, et donc à critiquer, à l’aune des philosophies modernes. Sandrine Rousseau explique la distinction entre nature et culture comme une façon pour les puissants de légitimer leur domination par leur « distance » à la nature, en renvoyant l’altérité à un sous-état de culture et que l’on peut, au besoin, éduquer (cultiver) ou exploiter, voire les deux. C’est ainsi que le progrès a été explicitement conditionné à l’émancipation de la nature et l’exploitation de celle-ci. Une hiérarchie se construit alors au moyen de cette nouvelle échelle de valeurs, dans laquelle les hommes, qui comme toujours détiennent le récit, jouent le meilleur rôle.

Les luttes ne s’opposent pas, elle se complètent, s’articulent. L’écoféminisme permet de penser les rapports de domination d’une manière un peu différente, notamment en ramenant l’intime dans le politique. Dans l’anticapitalisme, il n’est pas question des corps, et pourtant ils sont centraux dans les saccages en cours.

Adélaïde Bon

L’écoféminisme propose de sortir par le haut du débat opposant anticapitalisme et féminisme. Les hommes dominent les femmes, les exploitants dominent les prolétaires selon une même injonction. Les hommes au travail, en même temps qu’ils sont éminemment exploités, entretiennent le système de production capitaliste, et sont rémunérés pour cela : ils participent à la « culture », là où leurs femmes sont considérées comme restant du côté de la « nature ». Mettre au jour les rapports sociaux qui permettent cela est un « préalable à la réconciliation nécessaire » et appelée de leurs vœux par nos invitées. Déplacer la culpabilité des individus à l’échelle systémique ouvre la porte à ce que chacune et chacun reconnaisse sa place dans ce système et se déconstruise.

Le plus dominé, le plus écrasé baigne dans cette culture-là et sa seule façon de retrouver de la fierté, un sentiment d’appartenance à sa société sera d’exercer à son tour une domination sur quelqu’un d’encore plus faible que lui.

Sandrine Roudaut 

Sandrine Roudaut complète : les valeurs aujourd’hui prônées que sont le contrôle, l’indifférence, la raison froide, le calcul face à l’émotion, « la disponibilité à l’inattendu » sont nécessaires aux mécanismes de domination pour perdurer. Cette fermeture de nos sensibilités explique en partie notre résilience aux conséquences abjectes de notre mode d’organisation. Et face à la froideur, « changer le système » ne se fera pas sans revendiquer nos émotions, nos indignations, nos colères, nos joies.

Les gens qu’on admire sont des animaux de sang-froid. À mépriser la sensibilité, on a fait de l’indifférence notre gouvernance.

Sandrine Roudaut 

C’est dans cet esprit que les trois autrices racontent avoir travaillé ensemble, en le nourrissant de leurs parcours respectifs, de leurs expériences et de leurs observations. Avec la volonté de couper du modèle ambiant de « monoculture intensive  » qui presse les humains – comme les plantes – à se conformer à un modèle pour augmenter leur rendement, elles donnent l’exemple par leur travail d’une « polyculture » qui tire parti du meilleur de chacune, et dont chacune tire parti. « Par-delà l’Androcène » nous emmène partout où l’androcène marque les corps, débusquant les rapports de domination, les dégâts du récit, les vides qui nous lient. Dans tous ces espaces, et ailleurs encore, l’ouvrage tisse le paysage d’un possible empli de joies : celles de partager, de créer, de se rapprocher de son propre corps et de celui des autres.

tweets propagés https://twitter.com/davduf/status/1589909291678728192 & https://twitter.com/sandrousseau/status/1590020482535133186 & https://twitter.com/davduf/status/1595309913282060289

Par-delà l’androcène par Adélaïde Bon, Sandrine Roudaut & Sandrine Rousseau
https://www.seuil.com/ouvrage/par-dela-l-androcene-adelaide-bon/9782021513165

tweet live
https://twitter.com/davduf/status/1595331548974264320

androcène
https://fr.wiktionary.org/wiki/androc%C3%A8ne

#AuPoste s04-33 – 10 octobre 2022 Du Vert, et du Rouge-Brun: l’avènement des écofascistes avec Antoine Dubiau
https://www.auposte.fr/linquietant-avenement-des-ecofascismes/

tweet live
https://twitter.com/davduf/status/1595334722887876608

SentierBattant: Je vous conseille les excellents entretiens d’Arte avec feu Bruno Latour https://www.arte.tv/fr/videos/RC-022018/entretien-avec-bruno-latour/

tweet live
https://twitter.com/davduf/status/1595339570043920386

tweet live
https://twitter.com/davduf/status/1595344006434668544

SentierBattant: Divertir pour aliéner.

wisperine: Vous avez vu le film « le chêne » ?
https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=296970.html

L’utopie mode d’emploi par Sandrine Roudaut
https://www.lamersalee.com/livre/lutopie-mode-demploi/

Les Suspendu(e)s par Sandrine Roudaut
https://www.lamersalee.com/livre/les-suspendues/

Le Monde | pornographie https://www.lemonde.fr/pornographie/

Simone, le voyage du siècle
https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=271339.html

#AuPoste – s04-49 – 9 novembre 2022 Mathilde Larrère et ses couillotines https://www.auposte.fr/mathilde-larrere-faire-connaitre-les-objets-des-femmes-pour-lutter-contre-la-femme-objet/

tweet live
https://twitter.com/davduf/status/1595354045954560000

le merci de Jessie
https://twitter.com/ShiningStarSJFE/status/1595356872705441794

sonerre: Très intéressant – et heureusement que j’ai l’abo au site auposte.fr pour pouvoir revoir tranquille (=sans être obligé de bosser à côté)

La fin de l’ignorance par JC
https://soundcloud.com/user-477892162/la-fin-de-lignorance

Pierre_B31: Merci JC, quel talent ! Je sais pas comment tu fais, mais tes sons me permettent de me concentrer, et c’est compliqué pour moi 🙂

Au Poste #10 – 29 mars 2021 Alain Damasio
https://www.auposte.fr/alain-damasio-au-poste/

jeanferraille: Bonjour à toutes et à tous ! abonné depuis hier ! bravo pour le site !

Un doute, une question sur les abonnements: support@auposte.fr

Rudy Burbant, photographe- 9h – 29 novembre 2022 https://www.auposte.fr/convocation/rudy-burbant-photographe/

#AuPoste – 19h – 30 novembre 2022 Nos frangins – Rencontre in vivo avec Rachid Bouchareb et Samir Guesmi https://www.auposte.fr/convocations/rendez-vous/rencontre-in-vivo-avec-rachid-bouchareb-et-samir-guesmi/

#AuPoste s02-58 – 9 décembre 2021 davdufManif Comment documenter les luttes & le cœur du tumulte? avec Serge D’Ignazio & Yannick Kergoat http://www.davduf.net/comment-documenter-les-luttes-et-le-coeur-du-tumulte-serge-ignazio

#AuPoste – 9h – 5 décembre 2022 Yannick Kergoat: La (très) grande évasion https://www.auposte.fr/convocation/yannick-kergoat-la-tres-grande-evasion/

#AuPoste – 9h30 – 12 décembre 2022 Fabrice Arfi https://www.auposte.fr/convocation/fabrice-arfi/

#AuPoste – 9h30 – 14 décembre 2022 Framasoft! Collectivisons / Convivialisons Internet! https://www.auposte.fr/convocation/framasoft-collectivisons-convivialisons-internet/

#AuPoste – s04-51 – 13 novembre 2022 Messe: le site, les “écoterroristes” & Diway https://www.twitch.tv/videos/1651528106?t=00h11m03s

La Nostalgie du Futur – Un recueil BD de Diway par Fr-Kawai https://www.helloasso.com/associations/fr-kawai/collectes/la-nostalgie-du-futur-recueil-de-bd

lejcdauposte: la bise à tous ! abonnez-vous !

Cap sur les 1200 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share