Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 916 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

La bulle des journalistes politiques, «ce cirque Pinder». Rachid Laïreche (Libération) balance

Huit années durant, Rachid Laïreche a marché dans la combine. Journaliste politique pour Libération, il en a fait des déjeuners secrets avec des professionnels de la politique. Petites phrases assassines, et lâches, et anonymes, sondagites aïgues, conquête et jeux du pouvoir, course de petits chevaux.

Laïreche en revient, livre à la main, comme d’un front perdu: fatigué, mais alerte. Las, mais combattif. Dans «Il n’y a que moi que ça choque?» (Les Arènes), il balance non des noms, mais un système. Il avoue, se moque de ce «sous-monde» dont il fut un pilier, et de lui-même. Au fil des pages, c’est aussi un autre Rachid qui se raconte. Le gars de Montreuil, ancien standardiste pour Libé devenu grand reporter: statut qui ne fait strictement rien à ses potes de toujours, jamais avares de la-petite-vanne-qui-remet-la-réalité-à-sa-place. Ce martin, Rachid Laïreche a déposé pendant deux heures. Et c’était bien, et c’était éclairant sur un monde si taiseux de lui-même: le clan des journalistes politiques.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

Quand on lui a confié de suivre la gauche, il l’avoue, Rachid a rêvé leur ressembler, à ces journalistes qui côtoient les puissants, et qui vont, de restaurants en meetings, d’hôtels en congrès, sous les yeux des caméras, rencontrer des ministres et des présidents. Ce monde, “ce cirque Pinder”, il l’appelle “la bulle”. 

“C’est une sorte de confrérie”, ironise-t-il, un monde parallèle plein de règles tacites : ce qui choque les gens ne choque personne dans la bulle. Quand on est embarqué avec un politique, on le raconte en beauté, sinon c’est de la trahison. On est remercié par un flot de “off” et une relation de fidélité. Si un politique nous humilie, on se venge – la bulle est très rancunière. La bulle est connectée sur de nombreuses boucles Whatsapp, entre politiques, partis, journalistes et déjeuners – conventionnels, onéreux et finalement peu intéressants, finit-il par reconnaitre. Les politiques qui bossent très bien ne sont pas intéressants : “ce qu’on aime, c’est le sang, les ragots, la stratégie”. Quand un politique tombe: c’est “la cour de récréation”, et on déballe tout ce qu’on taisait depuis des années. Enfin, règle essentielle: “il y a le bien et le mal, et dans la bulle, nous sommes toujours le bien. Toujours. Et si quelqu’un nous pose la question, il est le mal.” 

On passe notre temps à poser des questions à tout le monde du matin au soir. Et on ne s’interroge jamais sur nous-mêmes. Est-ce que c’est bien, ce qu’on fait ? À qui on parle ? Pourquoi ? Faut-il traiter la politique comme un matériau journalistique comme les autres ? Comment en finir avec la courtisanerie 2.0 ? 

Rachid Laïreche

Au bout de quelques temps, s’installe chez Rachid un dégoût pour un système qui donne une toute-puissance aux politiques, eux qui peuvent relire, réécrire leurs interviews, “dealer” par avance les thèmes des questions d’entretien sur les plateaux télé. Il faudrait arrêter. Le problème, c’est que dans la bulle, Rachid devient important et populaire : “on me demande conseil, je vois qui je veux quand je veux, si je veux faire la Une, je la fais… Je prends le pouvoir, et j’aime ça” raconte-t-il, évoquant avoir été “drogué” à ce “sentiment de puissance”.

Lorsqu’enfin il décide qu’il ne veut plus “être ce qu’il est devenu”, il part. Un an après avoir fermé la porte du service politique, il confie son profond pessimisme, à propos d’un système cadenassé où “il n’y a pas de débat possible”, mais critique aussi “la fainéantise journalistique”, “les mecs en toc, donneurs de leçons”, qui “parlent de révolution alors qu’ils sont bien nés”, et exprime son refus d’être qualifié de transfuge – terme invisibilisant les discriminations d’après lui. Reporter heureux aujourd’hui, il se dit enfin “fier d’aider les gens, et fier de ce que j’écris. Mes papiers depuis un an sont beaucoup plus politiques que ceux que j’écrivais quand j’étais au service politique. Quand je parle de familles à la rue, c’est beaucoup plus fort qu’un congrès.”

Article précédent

«Le cyberharcèlement, c'est la Terreur». Débat avec Marion Séclin et Diane Richard (#NousToutes)

Article suivant

Critique. «Des idées de génie ?», le génial film de Brice Gravelle

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share