Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1252 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Olivier Azam, Mathilde Rouxel, Fabienne Messika & Jean-François Corty Cesure Medecin du monde Golem Jocelyne Saab

Jocelyne Saab et la résistance palestinienne

Pour cerner le présent, plonger dans le passé. Pour sa 4e édition, le Au Poste Ciné Mutins Club vous propose de plonger dans l’œuvre de la franco-libanaise Jocelyne Saab.


Les projections étaient suivies d’un débat avec Mathilde Rouxel, chercheuse et directrice de l’Association Jocelyne Saab, Fabienne Messika, du collectif Golem, autrice des «Refuzniks israéliens, ces soldats qui refusent de servir dans les territoires occupés» (Éditions Àgnes Vienot) et de Jean-François Corty, vice-président de Médecins du Monde.

Chaque premier jeudi de chaque mois, à la tombée de la nuit, le média autonome Au Poste s’associe avec les francs-tireurs de la plateforme VOD Ciné-Mutins pour des rencontres grand écran à Césure. Un long métrage de cinéma, l’équipe du film, une projection et ensuite : un débat dinatoire retransmis live et en roue libre sur Au Poste depuis la cantine. Et en première partie, pour brasser les genres et les gens, un ou deux courts métrages. Prix libre, satisfaction garantie. En partenariat avec La (super) Scop des Sales Gosses.

Que nous disent aujourd’hui les images de Jocelyn Saab, sur la guerre ? Impuissants face à “l’anéantissement massif” des Gazaouis, et alors que les images de guerre, de propagande, circulent partout, que nous faut-il ? Les regarder ? Ne pas les regarder ? Surtout, écouter les aidants, se souvenir, et penser l’après.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

La causerie en quelques mots

C’est la situation politique palestinienne qui, dans les années 1970, a amené Jocelyn Saab au journalisme. S’imposant vite à FR3, elle devient journaliste indépendante, réalisant ses propres documentaires, les vendant au monde entier. “Elle a été l’une des seules journalistes à descendre au sud du Liban pour documenter la résistance contre Israël et surtout l’impact de l’armée israélienne au sud contre les Libanais” souligne Mathilde Rouxel.

Revoir les films de Jocelyn dans leur version complète, quand on considère que ce sont des version quasiment inédites, c’est aussi écrire une histoire de la télévision française : si elle avait de la place pour s’exprimer, il y avait un étau autour d’elle : elle avait une parole unique par rapport au reste de la télévision de l’époque.

Mathilde Rouxel

Les mutins de pangée sortiront prochainement un coffret avec les 15 premiers films que l’association a restauré. Pour Olivier Azam, l’un des fondateurs de la coopérative, bien favorablement connu de nos services, cette édition s’inscrit dans un devoir de mémoire.

Il ne s’agit pas seulement de réhabiliter une personne qui a fait du cinéma, du reportage, c’est aussi réhabiliter une mémoire qui fait partie de l’histoire, avec un point de vue affirmé. C’est le besoin d’avoir un regard indépendant sur un évènement, sur une histoire. Et on en voit l’intérêt aujourd’hui plus que jamais.

Olivier Azam

Fabienne Messika souligne à quel point le conflit israélo-palestinien est existentiel. Il l’est de façon tangible pour les Palestiniens, qui meurent et voient la Palestine s’éloigner, et il l’est pour les Israéliens, qui ont vécu le 7 octobre 2023 le fait qu’ils “ne seront jamais acceptés tant que les droits des Palestiniens n’auront pas trouvé de réalité effective”.

Aujourd’hui nous sommes dans un moment de l’impossibilité. Mais à partir de ce moment, il va falloir penser la possibilité. Entre ceux qui disent “un état ce n’est pas possible”, “deux états ce n’est pas possible”, que reste-t-il ? Il va falloir penser au jour d’après, parce qu’on ne peut pas laisser continuer une telle tragédie, c’est notre responsabilité collective. 

Fabienne Messika

Comme il avait pu le faire il y a quelques semaines sur Au Poste, Jean-François Corty décrit la situation exceptionnelle que représente le massacre à Gaza, notamment par la quantité d’aidants tués sur un temps si court : “une soixantaine de journalistes ont été tués. Plus d’une centaine d’aidants de l’ONU ont été tués. MSF a perdu 4 personnes, Médecins du Monde a perdu un médecin, avec toute sa famille.” Le vice-président de Médecins du Monde informe d’ailleurs sur “la tentative de délégitimation de la parole des aidants, en instaurant le doute sur les chiffres de mortalité”, ajoutant “je suis urgentiste, je connais ce genre de contexte, vu le nombre et la nature des bombes, vu la densité de population, quand on a une cible, c’est 30 à 50 civils qui meurent autour.”

La mortalité est estimée à 17.000 morts dûe aux bombardements. Mais ce chiffre ne compte pas les milliers de victimes qui sont restées sous les débris, ni tous ceux qui meurent de maladies classiques qu’on ne peut plus soigner. Au début du conflit, je parlais de pronostic vital engagé pour les Palestiniens à Gaza. Mais là on est dans une fin de vie, une agonie. C’est un anéantissement massif, délibéré de civils, de soignants, et probablement d’otages.

Jean-François Corty

Un commentaire de l’un des films de Saab marque le public : “il faut terroriser les images pour que les hommes choisissent de les oublier”. Elle pose la question : doit-on regarder les images qui nous parviennent de la guerre ? Pour y répondre, Mathilde Rouxel cite un autre passage : “celui qui pleure de ce qu’il voit ne ressent pas la même douleur que celui qui pleure de ce qu’il ne voit plus’. Selon  Rouxel “ cette phrase signifie qu’on peut ne pas regarder les images. Je pense qu’au contraire, elle nous demande de les regarder, pour comprendre, et construire”.

Plus que jamais! Si Au Poste vous aide à tenir, aidez Au Poste à tenir!
Faire un don
Total
0
Share