Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1056 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Paris face à la violence olympique avec Jade Lindgaard

JO 2024: Paris face à la violence olympique

Pour quelques jours de festivités, on a rasé des vies. Et offert aux géants de de la construction Vinci, Eiffage, Nexity une banlieue bankable, connectée, moderne, lucrative, sans gueux qu’on ne saurait voir, sans jardins ouvriers qui gâchent la vue des jeunes gens modernes espérés. Jade Lingaard, dont c’est la première venue Au Poste, est allée à la rencontre de ceux qu’on a chassés et de ceux qui sont restés. Son enquête s’intitule: «Paris 2024: une ville face à la violence olympique» (Divergences).

Jade Lindgaard travaille à Mediapart où elle traite notamment les sujets liés à l’environnement et l’écologie. Et comme on va le voir: elle est passionnée autant que passionnante. Son livre est présenté sur le site de Divergences.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

La causerie en quelques mots

Aux J.O. d’Au Poste, la journaliste militante affronte la SOLIDEO (Société de livraison des ouvrages olympiques), dans une obscure discipline olympique, mise en lumière dans son livre : l’extractivisme social.

Jade Lingaard reprend ce terme, qui désigne à l’origine l’exploitation des ressources d’un territoire au profit du capitalisme international, et non de ses habitants. Mais, aidée de la sociologue Saskya Sassen (Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale, 2016, Gallimard), elle l’applique au développement des structures olympiques construites pour 2024. « C’est plus des mines qu’on exploite, mais c’est des pauvres qu’on chasse ? » résumera David Dufresne. Et la journaliste d’ajouter : « Et c’est du capital qu’on sort du foncier ! », en complétant quelques minutes plus tard :

On a d’un coup un flux de capital qui se déverse sur un territoire déshérité, et qui profite majoritairement à des personnes qui n’y habitent pas. Et c’est ça que moi, j’ai essayé de décrire par ce mot d’extractivisme.”

Jade Lindgaard

En guise d’échauffement, Jade Lingaard évoque l’enquête judiciaire en cours sur la rémunération de Tony Estanguet, président du COJOP (Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024). Puis, entrant dans le vif de l’épreuve, elle commente avec nous toutes les figures de cet extractivisme olympique, en commençant par la gentrification qu’il implique :

  • Le prétexte olympique est-il un écran pour mener une gentrification à grande échelle ou va-t-on réhabiliter les gens qui se sont faits temporairement exclure ?
  • C’est une question fondamentale qui m’a habitée pendant tout ce travail d’enquête. La conclusion à laquelle j’arrive, c’est que gentrification peut-être, mais en tout cas, et quelque part, c’est encore pire, je vais employer un mot qui est impressionnant, mais je pense qu’il y a quelque chose de cet ordre-là qui se joue, plutôt de remplacement de population ! Quelque chose d’encore plus violent !
  • C’est-à-dire des blancs qui remplaceraient …
  • Des personnes racisées !
Romifla02 dans le chat, Jade Lindgaard, David Dufresne, Jade Lindgaard

Après avoir détaillé plusieurs exemples d’expulsions (foyer, squat, cité), Jade Lingaard envisage de comprendre les enjeux économiques des J.O. de 2024 en les replaçant dans un contexte historique plus global. On voit alors le privé prendre le pas sur le public, jusqu’à effacer, dans le sprint final, les discours vertueusement positifs qui accompagnent en général ce genre d’événements. Et l’exemple de l’Adidas Arena, initialement nommé Alice Millat – en hommage à cette militante du sport féminin – devient soudain le parangon de cet extractivisme des valeurs olympiques.

Cap sur les 1200 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share