Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 916 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

IGPN, BAC, Préfecture de Police : dissolution ! Ugo Bernalicis est convoqué Au Poste

Hier soir, 7 octobre 2021, le député était venu pour deux ou trois heures, il est parti au bout de cinq, au milieu de la nuit. Dissolution des BAC, police proximité, refonte préfecture police, décroissance carcérale, délinquance en col blanc, reforme ou abolition de la police, enjeux politiques sur ces questions et calculs politiciens, police de droite, police de gauche, le rôle de l’Assemblée, des médias, des citoyens et des syndicats de police : Ugo Bernalicis était sur le feu roulant du chat. Un moment incroyable. De la politique pure. Jusqu’à ce que le député France Insoumise de la 2e circonscription du Nord craque et se lance dans une imitation de Nicolas Sarkozy.

Ugo Bernalicis est l’invité de David Dufresne ce jeudi 07 octobre 2021. Son quotidien à l’Assemblée Nationale, son activité sur Twitch – sous le pseudo de DépuTwitch – ainsi que ses nombreux sujets d’étude sont au programme de l’entretien, qui dresse aussi bien le portrait du « Monsieur Police » de la FI que celui du futur livret programmatique pour la campagne de 2022.

En tant que député de l’opposition, Ugo Bernalicis rappelle l’importance de faire porter sa voix par d’autres canaux que ceux d’une Assemblée dans laquelle il n’est que peu audible. Il trouve sur Twitch une plateforme de diffusion de ses messages, et en retour, un écho direct auprès de sa base militante, « singulièrement différent parce que dans l’interactivité avec celui qui parle » en comparaison de ce que les autres plateformes permettent.

Ce n’est pas traumatisant d’entendre “REJETÉ” à tous les amendements de l’opposition ?

Passioncata | Tchat

C’est justement le chat qui ouvre la conversation. Première question à Ugo : quelles seraient ses premières mesures en tant que ministre de l’Intérieur ? Le député répond longuement, et commence par la nécessité d’« arrêter la politique du chiffre » : arrêter les primes pour résultats exceptionnels, arrêter les contrôles au faciès… La BAC étant « le premier outil pour fournir du chiffre », Ugo Bernalicis propose la dissolution de ces brigades en échange du retour d’une police de proximité. Il faudra de manière générale renforcer les formations, y compris pour des policiers en service réaffectés ailleurs, dans le but de « rappeler et préciser ce que l’on attend d’eux ». Le temps libéré de ces tâches inutiles et antisociales permettra de former et affecter les policiers à des luttes absolument sous-dotées aujourd’hui : lutte contre la délinquance économique et financière, prise en charge des violences familiales, sexistes et sexuelles…

Les chiffres doivent être la conséquence de l’activité des policiers et non leur objectif

Ugo Bernalicis

La conception de la police de proximité défendue par Ugo vient des travaux de Christian Mouhanna, chercheur au CESDIP – laboratoire du CNRS sur les questions de sociologie du droit et des institutions pénales. L’idée première, selon lui, d’une police de proximité est de « faire en sorte que les policiers connaissent les habitants, et que les habitants connaissent les policiers » notamment en affectant les policiers à un territoire restreint, en leur donnant un rôle de médiation, de gestion des conflits entre habitants. La police de proximité implique aussi que le policier dispose d’une marge de manœuvre pour régler les problèmes « à l’amiable », ce qui aide du même coup à désengorger la justice.

À une époque, on se sentait en sécurité avec la police ; maintenant, il vaut mieux les éviter.

Bilvor | Tchat

Le policier de proximité, ce n’est pas à lui de faire des opérations d’interpellation, de démantèlement de trafics de stupéfiants comme la BAC pense devoir faire. Il va à la sortie de l’école, il discute avec les parents, il fait traverser les gamins, il boit un café au bistrot. Il participe de l’apaisement de la vie du quartier.

Ugo Bernalicis

L’échange se dirige justement vers les relations entre police et justice. Ugo s’emporte : « Dans le film Bac Nord, le seul moment où on voit débarquer un magistrat, c’est à la fin, au moment où l’enquête est ouverte. C’est un problème ! On voit des mecs débarquer dans le quartier avec des guns dans tous les sens, et y’a pas un procureur qui s’occupe de ce qui se passe ? » Rire de David Dufresne : « Donc le problème de la police, c’est qu’il n’y a pas de justice ? » Pour Ugo Bernalicis, le taulier d’Au Poste touche au cœur du sujet. Le député acquiesce, détaille ses propositions pour réformer la police, et ponctue son discours de ses expériences personnelles, y compris en immersion dans des unités de police et de gendarmerie. David Dufresne interroge son invité : « Comment ça se fait qu’à 32 ans, tu t’intéresses autant à la police ? Quelle est ta rencontre avec la police ? ». Un long récit s’ensuit.

Je ne suis pas l’ami de la police, je ne suis pas l’ennemi de la police. Je suis un militant politique qui se demande comment créer une police républicaine au service des citoyens.

Ugo Bernalicis

À travers son parcours personnel, des manifestations lycéennes de 2005 à l’Assemblée Nationale, Ugo Bernalicis nous fait voir de l’intérieur, à travers ses yeux, l’univers de la police, des syndicats, du ministère de l’Intérieur, sans jamais tomber dans l’anecdotique au détriment du politique. Les sujets s’enchaînent, le chat prend le relais de l’animateur qui commence à fatiguer. IGPN, syndicats, contrôle des policiers, courant abolitionniste, préfectures de police, fusion police-gendarmerie, manifestation du 19 mai, police judiciaire… L’invité ne tarit pas de propositions, y compris sur des thèmes beaucoup moins consensuels à gauche et dans le chat, comme le « service citoyen obligatoire » qu’il tente de défendre.

Le problème est de rendre ça obligatoire et de faire porter cette responsabilité à la jeunesse, qui aura déjà à reconstruire tout le reste de façon volontaire.

Dadurun | Tchat

Comment on fait pour qu’il y en ait moins [des violences policières] qui soient commises ? Rappels des  consignes, formation initiale, formation continue, responsabilisation des chefs, responsabilité y compris pénale de la hiérarchie. […] Et puis on supprime l’IGPN !

Ugo Bernalicis

À la fin de près de cinq heures d’entretien, profitant de ce que David Dufresne ait le dos tourné, Ugo Bernalicis gratifie le chat d’une imitation de Nicolas Sarkozy pour son plus grand plaisir. Sur sa lancée, David glisse à son invité d’ultimes questions du chat à propos de maintien de l’ordre et de Technopolice. Exténuant.

Article précédent

L’Afghanistan, retour vers le futur

Article suivant

17 Octobre 1961 : les batailles de la mémoire

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share