Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 916 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

Debord, Guy: Politique du spectacle et spectacle de la Politique. Avec Anselm Jappe.

Anselm Jappe est l’un des biographes de Debord parmi les plus solides. Dans « Un complot permanent contre le monde entier » (L’échappée), le professeur de philosophie repense et re-situe (!) certaines idées-force de l’homme de la Société du spectacle.

A commencer par celle-ci qui ne désigne non pas le petit monde médiatique, mais toute la société capitaliste dans son ensemble. Un peu de philo pour finir la saison 5 d’Au Poste, ça fera pas de mal 🙂

Présentation de l’ouvrage (L’échapéee):

« Une louche allure de complot permanent contre le monde entier » : telle était la définition que Guy Debord avait donnée des éditions Champ libre qui le publiaient. Elle pourrait bien s’appliquer à toute la trajectoire publique de Debord lui-même. Devenu apparemment « acceptable » depuis sa mort en 1994, transformé même, selon certains, en icône et gloire nationale, le fondateur de l’Internationale situationniste n’est cependant pas devenu, malgré toutes les allégations en ce sens, un auteur comme les autres.
Ce livre se propose donc de sauver la puissance de dérangement que constitue son œuvre : y sont examinés entre autres la fin de l’art et la fin de la politique, sa lecture de Marx, sa contribution à la réflexion historique, les parallélismes possibles (ou pas) avec les écrits de Theodor Adorno, Hannah Arendt et Jean Baudrillard. Sa curieuse récupération par le monde de l’art y est évoquée, ainsi que la question de son « actualité ».
Les gens les plus différents se revendiquent de Debord et des situationnistes : il convient de leur rappeler que l’auteur de La Société du spectacle a toujours voulu s’opposer au monde entier, ou presque. Après la lecture de ces textes, les historiens comme les artistes, les militants comme les cinéastes se demanderont s’ils ont bien fait de compter Debord parmi leurs amis.

Article précédent

Notre langue quotidienne informatisée nous rend-elle tous cons(puters)?

Article suivant

La liberté d’informer sous les assauts (répétés) des lois commerciales

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share