Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 1476 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don

Clichy-sous-bois, Zyed, Bouna, Octobre 2005. On oublie pas. Avec le film «Kindertotenlieder»

Le court métrage de Virgil Vernier dure moins de 30 minutes, et il est bouleversant. À partir des archives (brutes) du journal télévisé de TF1, Virgil revient sur l’embrasement de l’automne 2005 survenu après la mort, dans un transfo EDF, de Zyed Benna et Bouna Traoré, poursuivis par la police à Clichy-sous-Bois, Seine-Saint-Denis.

Expurgés des voix off des journalistes, « Kindertotenlieder » rend hommage aux silences et aux bruits de la ville. On regarde le film ensemble (prix Jean Vigo du court métrage 2022) et ensuite, débat avec son réalisateur.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

Un film non-lucratif, réalisé gratuitement à partir des archives du journal télévisé de TF1. L’œuvre de Virgil Vernier est un travail de mémoire essentiel sur les émeutes de 2005, un événement traumatique dont on n’a que très peu d’images. 

Sur les rushes, Vernier a pu désactiver la piste son des commentaires “cabine” des journalistes. Reste le plus précieux : les images, les visages, les voix de gens “cashs”, “vrais”, “en colère”. Découvrant que “beaucoup de plans étaient utilisés pour couvrir les commentaires du journaliste de TF1”, tandis que “le son de la personne en train de parler était totalement muet”, il dit s’être senti comme un “archéologue découvrant les traces d’une civilisation perdue”.

Je n’avais pas digéré comment les médias avaient fabriqué l’événement, donc ça m’a paru vital de recracher ça à mon tour,  en me réappropriant ces images […] en retrouvant la simplicité de ces enregistrements, et en enlevant la fabrication idéologique du montage. TF1 fait du mal à la France en 2005, et 18 ans plus tard, j’ai très modestement fait ce petit travail de correction.

Virgil Vernier

C’est un film que j’ai voulu ériger au rang de cinéma et lui donner la beauté simple d’une parole brute et presque poétique” dit Virgil Vernier.Cette poésie commence dès le titre, “Kindertotenlieder”, inspiré de l’œuvre de Gustav Mahler,  qui signifie “le chant en l’honneur des enfants morts”, et que le réalisateur a choisi pour remettre Zyed et Bouna au centre du film, eux “les grands oubliés de l’histoire”, eux dont “les rushes ne disent absolument rien”. Dans le film, leur portrait “apparaît au ralenti, pour lui donner un temps qu’il n’avait pas lorsqu’il a été diffusé à l’antenne de TF1” , explique-t-il.

Pour moi, TF1 est vraiment l’une des trois forces, avec le pouvoir et les émeutiers. Les journalistes sont les responsables de l’embrasement de 2005. Il y a eu un plaisir malsain à montrer ces images pour faire peur dans les chaumières, et il y a eu sans doute des jeunes qui voulaient faire aussi bien que ce qu’ils avaient vu à Marseille, dans telle cité parisienne, et il y a eu un petit jeu de qui irait le plus loin dans le trash ?

Virgil Vernier

Témoin de l’action journalistique, il dit les avoir senti “très pressés”, “pas à l’aise”, voire apeurés, ajoutant qu’il y a “beaucoup de questions qui font du mal à entendre, qui véhiculent des clichés, confrontent les gens à une condescendance et un racisme”. D’après lui, le problème ne vient pas tant des journalistes eux-mêmes que des rédactions qui les envoient “avec un cahier des charges très précis”, et qui oriente ensuite “le montage et le commentaire vers une idéologie choisie”. 

Ces verbiages, ces conventions de langage, ont les connait par coeur, ils sont encore à l’œuvre aujourd’hui […] c’est un mélange de flemme, de je m’en foutisme, de ne pas avoir envie de se questionner, de faire du spectacle.

Virgil Vernier

Le réalisateur dénonce un “travail de transformation de l’autre en parasite”, avec une image “montrant des jeunes comme des meutes”, sans “jamais les interviewer”, tandis que les policiers sont bien entendus, “bien éclairés et bien cadrés”, donnant l’impression de jouer “comme ils pensent qu’on doit jouer, parce qu’il y a les caméras de TF1”.

Virgil Vernier souligne néanmoins la grande nouveauté de notre époque : la fin du monopole de l’image des journalistes, qui sont maintenant obligés d’intégrer les vidéos amateurs filmant les agressions. Il finit, plein de philosophie : “un individu qui a sa vie, sa morale, et qui est en train de devenir un robot, ça me fascine. Comment peut-on avoir envie de faire ce métier ? D’où vient ce goût pour les armes, le pouvoir et la violence ?”

Plus que jamais! Si Au Poste vous aide à tenir, aidez Au Poste à tenir!
Faire un don
Total
0
Share