Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 921 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
historien spécialiste d'histoire contemporaine, du nazisme et de l'Allemagne Comme un sale parfum (brun). Causerie avec l’historien avec Johann Chapoutot

Comme un sale parfum (brun). Causerie avec l’historien Johann Chapoutot

Gramsci nous avait prévenus: «Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres». Avec l’historien Johan Chapoutot, nous allons tenter, justement, de voir clair dans nos temps obscurs. Où sont les monstres? Le cadavre du Vieux monde est-il déjà froid ou encore chaud? La France à l’envers, Manouchian panthéonisé sous le sourire de Le Pen et ses lieutenants, la macronie machine à «com» d’extrême droite au service des élites. On va écouter le maître.

Johann Chapoutot, Historien spécialiste du nazisme et de l’Allemagne, professeur d’histoire contemporaine à Paris-Sorbonne, est l’auteur, entre autres, de «Le Meurtre de Weimar» (PUF, 2010), «La Loi du sang. Penser et agir en nazi» (Editions Gallimard, 2014), «Le Grand récit» (PUF, 2021). Son travail sur le management nazi, antichambre du management capitaliste moderne, est l’un des plus notables.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

La causerie en quelques mots

Sommes-nous dans un « remake des années 30 » ? Johann Chapoutot, historien spécialiste de la période, assume de s’exprimer sur le présent depuis les connaissances qu’il produit, en premier lieu parce que la communication du gouvernement ne se prive pas, bien au contraire, de convoquer des figures du passé. En rappelant les faits historiques et en analysant l’enchaînement des événements, le travail de l’historien casse les tentatives de récupération et de détournement, largement grossières, auxquelles la Macronie nous habitue : le CNR, les « jours heureux », plus récemment les accords de Munich…

Tandis qu’elle mène une politique de classe, c’est-à-dire tournée vers les intérêts de son électorat aisé et âgé, la Macronie tente de maintenir ce qui lui reste de crédibilité sur un discours pervers, mensonger. « Si ils disaient en vérité ce qu’ils font, ce serait l’émeute, immédiatement. Ils doivent donc mentir, avec obstination, en permanence », énonce Chapoutot. Ses prises de position sont d’autant plus importantes que les médias de masse, propriétés de milliardaires partageant ces mêmes intérêts de la classe dominante, ne font pas du tout ce travail critique. C’est le modèle économique même des chaînes d’informations en continu : faire parler des personnes qui n’ont aucune compétence ne coûte rien, contrairement au travail de recherche ou d’enquête journalistique.

Le pouvoir actuel est essentiellement communicationnel. On atteint un paroxysme de ce phénomène avec la nomination d’Attal comme Premier Ministre. Mais Attal n’est rien du tout, rien d’autre qu’un communicant. C’est par ailleurs un bon communicant, mais qui pourrait aussi bien lire le Bottin, le programme du parti nazi, un discours de Staline avec la même conviction, tant que cela nourrit son pouvoir et son narcissisme.

Johann Chapoutot

Alors, sommes-nous autorisés à comparer les décennies 1930 et 2020 ? Johann Chapoutot assure que oui, tout en gardant en tête que comparaison n’est pas assimilation : il faut autant étudier les points de contact que les divergences. « On fait de l’histoire depuis une situation, une époque un contexte, avec en tête les questions qui nous préoccupent et qui préoccupent notre temps ».

La différence majeure entre ces deux époques est l’héritage de la guerre, en l’occurrence de la Grande Guerre. Contrairement à nos aïeux, nous ne vivons pas sous le spectre de ce que les travaux d’historiens font apparaître comme une « lessiveuse anthropologique d’ampleur jamais vue, en cela qu’elle fut une injonction à frapper et à tuer auprès de 80 millions de personnes ». 

Dans l’entre-deux-guerres, en Europe, il était normal de voir des uniformes, des « gueules cassées », dans l’espace public. Aux partis politiques, y compris de gauche, étaient adossées des milices armées. Selon comment ils se sont sortis de la guerre, les pays d’Europe ont eu plus ou moins de mal à s’en remettre, tant économiquement que culturellement. Cela explique que l’Allemagne et l’Italie, pays mutilés par la guerre, ont été des terreaux plus fertiles pour les régimes fasciste et nazi que la France et la Grande-Bretagne, qui avaient les réserves d’or, les empires coloniaux, les ressources pour entamer bien que douloureusement un travail de reconstruction. Aujourd’hui, ce poids écrasant ne subsiste plus que sous forme d’imaginaire auprès de groupes d’extrême-droite, qui en appellent systématiquement aux mêmes références, à savoir le nazisme, le fascisme, l’OAS et « l’Algérie française ».

Mais ce que montre Chapoutot est une perpétuation dans le paysage politique contemporain de structures qui existaient déjà dans les années 1930, et dont les mouvements sont malheureusement prévisibles car maintes fois vérifiés au cours du XXe siècle. Convoquant la notion « d’extrême-centre » théorisée par l’historien Pierre Serna, il explique comment les libéraux de l’entre-deux-guerres se sont alliés aux partis d’extrême-droite, avec l’espoir de les utiliser dans leur propre intérêt, avant de se faire déborder.

L’extrême-centre fait le lit de l’extrême-droite, et a l’illusion de pouvoir maîtriser cela. Ça a été la même illusion en Allemagne en 1932, quand le chancelier Von Papen permit à Hitler d’accéder au pouvoir pour s’adjoindre la force de frappe des militants nazis, tout en projetant de le faire démissionner.

Johann Chapoutot

On a vu que l’extrême-droite d’aujourd’hui ne diffère pas, malgré le ravalement de façade, à celle du siècle dernier, puisqu’elle s’y réfère elle-même directement. Ce qu’ils font de manière sporadique en tant que groupuscules – ratonnades, meurtres… – risque de se généraliser si un parti soi-disant présentable accède au pouvoir, comme à chaque fois que c’est arrivé. Les liens qui continuent d’être entretenus entre les partis comme le RN ou Reconquête avec les groupes d’action violents sont parfaitement établis, par des travaux tels que ceux que mènent StreetPress par exemple. L’histoire du XXe siècle nous apprend que l’extrême-centre, dont la mouvance macroniste est un exemple caricatural, finit toujours par s’allier avec l’extrême-droite : en Italie en 1922, en Allemagne en 1932, ce sont les libéraux-autoritaires qui réhabilitent les partis d’extrême-droite en perte de vitesse dans une lutte contre la menace soviétique fantasmée.

Pendant les années 30, les élites industrielles se sont vendues, littéralement, aux fascismes dont le nazisme allemand. Les fascismes étaient l’assurance qu’il n’y aurait plus jamais de gauche, plus de syndicats. Elles ont reconnu dans le nazisme ceux qui ont fait à nouveau de l’Allemagne une zone dans laquelle on pouvait faire de l’argent, beaucoup d’argent. À l’exemple d’Henry Ford, de Louis Renault, d’André Citroën, beaucoup font le voyage en Allemagne, autant intéressés par la politique financière, économique et sociale menée que par l’expérience d’ingénierie sociale « bio-politique » de régénération, de réarmement de la population allemande.

Johann Chapoutot

Pendant ces plus de deux heures de discussion, Johann Chapoutot explore les liens et les allers-retours entre extrême-centre et extrême-droite, en détaillant comment les intérêts économiques des uns se fondent dans l’idéologie des autres. De l’héritage nazi du management contemporain, via la figure de Reinhard Höhn, au recyclage des anciens collaborateurs dans les partis libéraux – FDP en Allemagne, FPÖ en Autriche, UDF en France… , l’historien démonte méthodiquement les éléments de communication que le gouvernement tente de dresser à l’aube de chaque nouvelle échéance électorale dans l’espoir de maintenir l’illusion qu’ils sont un barrage à l’extrême-droite.

Deux questions clés

Qui est Johann Chapoutot ?

Johann Chapoutot est historien, spécialiste de l’Allemagne et du nazisme, professeur d’histoire contemporaine à Paris-Sorbonne. Son travail sur le management nazi, antichambre du management capitaliste moderne, est l’un des plus notables.

Qu’est-ce que l’extrême centre ?

Théorisé par l’historien Pierre Serna, “l’extrême centre” est la politique du camp des “libéraux autoritaires”. D’après Johann Chapoutot, ce camp s’allie toujours à l’extrême droite, pensant la maîtriser, avant de se faire systématiquement déborder.

Quel est le lien entre les années 30 et aujourd’hui ?

Pour Johann Chapoutot, on peut comparer, sans assimiler, les années 30 à aujourd’hui, à travers la montée en puissance d’un extrême centre faisant le lit de l’extrême droite. Ce fut le cas, rappelle-t-il, en Italie en 1922, en Allemagne en 1932.

1 commentaire
  1. Session très instructive avec Johann Chapoutot , un travail indispensable qui nous aide à connaître le passé pour comprendre le présent ; on en redemande !!

Plus de commentaires.

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share