Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 988 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Vincent Nouzille

Beauvau: ses réseaux, ses coups bas, ses tirs dans le tas, et son omerta

Dans son nouveau livre, «Le côté obscur de la force» (Flammarion), Vincent Nouzille révèle que des écoutes téléphoniques massives ont été décidées en secret pendant le mouvement des Gilets jaunes. Christophe Castaner dit avoir dû « taper du poing sur la table » pour forcer les services de renseignement à pratiquer ces écoutes à l’échelle industrielle (2000 Gilets Jaunes sous surveillance). Le livre affirme que cette surveillance n’a pas cessé depuis lors. Au contraire, elle s’est même élargie à d’autres mouvances, dont celles des écologistes.

Fruit de plus de deux années d’enquête, principalement au sein du ministère, Nouzille a recueilli plus de 200 interviews, à tous les niveaux, du bas jusqu’en haut de la hiérarchie, aux ministres successifs, qui lui ont fait des confidences inédites. De chapitre en chapitre, c’est un poudrière qui se profile. Si Vincent creuse le factuel et laisse l’analyse à d’autres, son livre permet de comprendre de l’intérieur comment marche l’Intérieur. Précieux. L’auteur est resté deux heures Au Poste.

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

“Au lendemain du troisième acte des Gilets Jaunes, le président dit “je ne veux plus voir ça”.” Ainsi commence le récit de Vincent Nouzille sur la dérive du ministère de l’Intérieur vers un ministère de la surveillance. Au lendemain du 1er décembre 2018 (acte III des Gilets Jaunes), trois décisions sont prises : moins de staticité et plus de contact dans le maintien de l’ordre, des interpellations massives, et “le troisième volet, le plus secret, est celui de la surveillance, à travers l’écoute, l’intrusion informatique et la géolocalisation.”

Chaque samedi, les demandes de mises sous surveillance pleuvent, et sont quasi-intégralement validées. Les personnes suivies pour “prévention des violences collectives” passent de 1.000 à 3.000, et sont géolocalisées pour être interpellées en amont des manifestations. L’une des sources de Vincent Nouzille affirme “les services de renseignement y ont pris goût et n’ont pas cessé depuis”. Avec beaucoup de ratés. 

“A chaque fois qu’on a dit “il n’y a pas de faille,” on a découvert à posteriori qu’il y en avait” confie Vincent Nouzille. Si certains attentats sont déjoués, d’autres le sont par hasard, et non grâce à la DGSI, tandis que certains rapports sont antidatés pour couvrir les erreurs du service. “À chaque fois, ils tentent de corriger le tir mais toujours avec un temps de retard, et souvent après un drame”. Donnant les exemples de Mohammed Merah en 2012, et 11 ans plus tard, du meurtre du professeur Dominique Bernard à Arras, il rappelle que les deux criminels étaient suivis par les services de renseignement. Dans les deux cas, ils ont été présentés comme des “loups solitaires” : un “argumentaire mensonger” décrit Vincent Nouzille.

« Parler de loup solitaire permet d’excuser le service qui n’a pas vu venir le gars, en disant “il est solitaire, comment vouliez-vous qu’on le détecte ?” En l’occurrence, il y a un peu plus de gens qui ne sont pas commandités aujourd’hui, mais il n’y a aucun terroriste qui soit un loup solitaire. Il y a toujours un embrigadement, des contacts, une consultation internet, un contexte familial. »

Vincent Nouzille

“L’antiterrorisme a contaminé tout l’Etat” résume Vincent Nouzille, décrivant “un mélange des genres et des services” entre le service de renseignement territorial (RT) et les services anti-terroristes. Si pour le ministère et le préfet de police Laurent Nunez, il s’agit “du prix à payer”, le journaliste explique que “nous n’avons aucune garantie, parce que le contrôle des services de renseignement est quasiment inexistant en France. La commission chargée de filtrer les demandes d’écoute avalise 98% des demandes”, avouant elle-même “ne pas avoir les moyens de contrôler sérieusement les services de renseignement.”

« Didier Lallement me confie : “ce ministère a dérivé vers un modèle des pays autoritaires”. […] L’homme qui incarne le plus la ligne la plus dure du ministère me dit “maintenant c’est le ministère de la sécurité de l’Etat, moins que le ministère de la police et de la population.” Avec l’intégration des gendarmes, la montée en puissance du renseignement, tous les uniformes sont là, et on a un ministère de l’Intérieur qui est devenu une forme de ministère de la sûreté de l’Etat, un peu sur le modèle des pays de l’Est, on pourrait dire la Stasi ou la Securitate. Il ne va pas jusque-là, mais on n’est pas loin de ça.»

Vincent Nouzille

Entre une surenchère des politiques, souvent peu compétents sur le sujet, l’écartement des juges au profit des préfets, les Jeux Olympiques qui vont démultiplier les moyens technologiques et sécuritaires ; à l’heure actuelle, aux yeux du journaliste, le débat sur ces libertés publiques a disparu de la scène publique.

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share