Média 100% indépendant, en accès libre, sans publicité, financé par ses 988 donatrices et donateurs ce mois-ci !

Faire un don
Medhi Fikri

Avant que les flammes ne s’éteignent. Avec son réal Mehdi Fikri

Suite à la mort de son petit frère lors d’une interpellation de police, cité des Ecrivains, quelque part vers Strabourg Cité, Malika (Camilia Jordana, aux réminiscences assatraoeriennes) se lance dans un combat médiatico-judiciaire afin qu’un procès ait lieu.

Mais sa quête de vérité fracasse l’équilibre de sa famille, dont Sofiane Zermani (lumineux) ou Sofian Khammes (fidèle à lui-même). Dans les parages rôde Samir Guesmi, favorablement connu de nos services (il est déjà venu Au Poste), en vieux sage revenu de tout des luttes des quartiers. Un film dont AuPoste est fier d’être partenaire.

Dix ans durant, le réalisateur Mehdi Fikri écrivait pour l’Humanité. Depuis, Fikri a fait le grand saut: à l’assaut du grand écran. En quoi la fiction est plus pertinente que la réalité pour raconter la réalité? Comment, dans un genre balisé (le-film-de-banlieue), on arrive (comme il y parvient) à déjouer pièges et chausse-trappes? On a causé cinéma, technique, souffle intimiste, banlieue et CNC. Enjoué!

Merci!

Article en accés libre grâce aux donatrices & donateurs.
Je donne pour

Soutenir un site 100% autonome
Renforcer le débat public sur les libertés publiques
Bénéficier de 66% de réduction d'impôt

Et je ferai un don plus tard (promis!)

Sans médias indépendants, pas de riposte.

Libertés publiques, politique, cinéma, Histoire, littérature & contre-filatures. #AuPoste invite chercheur·es, écrivain·es, philosophes, sociologues, avocat·es, punks et punkettes, cinéastes, artistes et hacktivistes, écoterroristes, féministes.

Crée en 2021, #AuPoste pose un regard critique sur le monde, puisant dans l'histoire, les sciences sociales, les actions et réflexions engagées. L'émission traque les coups de boutoir fait, comme jamais depuis 50 ans, aux libertés individuelles et fondamentales. Vigie autant qu'aiguillon, #AuPoste nourrit le débat public sur les libertés publiques. En nous aidant, vous le renforcez à votre tour.

#AuPoste n’a ni propriétaire milliardaire ni actionnaires. Sans publicité, sans intérêt financier, vos seuls dons sont notre seul rempart. Aucune force commerciale ni politique n'a d'influence sur notre travail.
Chaque contribution compte, même modique. A prix libre, chacun contribue à la hauteur de ses moyens, et de ses besoins (et anonymement, si souhaité). Les dons récurrents sont le moyen idéal pour nous nous permettre de pérenniser notre travail de fond. Chaque année, nous publions un bilan complet.

Chaque don contribue à maintenir nos contenus disponibles / par tout le monde / à tout instant et partageables. Nos enquêtes, nos émissions, nos podcasts: tout est en gratuit. Mais coûteux à produire.

Déductions fiscales

Je fais un don #AuPoste et, si je le souhaite, je deviens un Bernard Arnault de la contre-information:

Je suis un particulier: je bénéficie d'une réduction d'impôt à hauteur de 66%. Ainsi un don de 100€ me revient à 34€.

Mon reçu fiscal m'est directement envoyé par J'aime l'info, l’organisme d’intérêt général, qui collecte les dons pour #AuPoste.

Mes nom et adresse ne seront jamais divulgués. Les dons se font de manière entièrement privée. A tout moment, je peux suspendre, annuler ou ajuster mes dons.


A quoi servent vos dons

Préparation et animation des émissions, salaires (journalistes, modératrices, développeurs), locaux et frais courants, graphistes, supports techniques, matériel (tournage, montage), abonnements-soutiens à la presse indépendante.

Toutes les infos dans DONS, et dans le bilan complet 2023 #AuPoste.

Il est arrivé tout sourire, avec des pains au chocolat. « On sait vivre chez les Fikri ! » a-t-il lancé, amusé. A deux jours de la sortie de son premier film “Avant que les flammes ne s’éteignent”, l’enthousiasme et l’émotion sont palpables dans le rire constant du réalisateur. « C’est un film qui raconte le combat d’une femme qui doit choisir entre faire son deuil et mener un combat politique après la mort de son frère entre les mains de police. » Racontant l’organisation politique au sein d’une famille puis dans un quartier, le film est à la fois « un film de banlieue », « un drame familial » et « un film politique. »

« Il m’a semblé absolument nécessaire de faire une famille fictionnelle pour pouvoir aller au fond des choses » explique Mehdi Fikri, pour « ramener du sensible, quelque chose qui n’est pas du pur intellectuel, une émotion singulière qui vient du parcours des personnages », et qui puisse bouleverser un public très éloigné de ces réalités.

C’est un film sur la sortie du mensonge face aux institutions, qui mentent et qui dissimulent les raisons de la mort du jeune, mais aussi dans la famille, qui vit un déni, un choc. Ce n’est pas un biopic mais il y a des éléments issus de très nombreuses familles : rien n’est spécifique à une seule, – hélas comme on le sait, c’est systémique. […] J’aime bien l’idée que Karim, le gamin qui est mort dans mon film, soit le soldat inconnu des violences policières, celui qui les représente tous. Faire une famille fictionnelle, c’est une manière de rendre hommage à toutes.

Mehdi Fikri

Journaliste devenu réalisateur, il déploie son admiration pour Lee, Loach, Tarkovsky, Peele, et confie la foi qu’il faut pour porter un film « c’est quand même un peu spirituel, surtout quand on n’a pas de privilège de classe, de se dire “oui je vais oser aller voir des acteurs et leur dire “on va faire ça”. Il y a un drive intérieur qui est plus existentiel qu’autre chose. »

Je pense que les figures issues des colonies qui émergent dans les luttes politiques en banlieue sont plus qu’elles-mêmes. Elles représentent un territoire, un futur à conquérir, et en cela, elles sont lumineuses. Malgré toute la tristesse, malgré toute la dureté, il y a aussi quelque chose de très lumineux, de très flamboyant.

Mehdi Fikri

« Je veux faire une place dans le roman national à ces familles-là » dit le réalisateur. Luttant contre l’essentialisation des populations racisées, il déplore le fait que « dans les représentations médiatiques et culturelles, nous, personnages racisés, sommes souvent des personnages de tragédie, c’est-à-dire qu’on est valorisés, même érotisés dans notre impuissance totale, dans notre incapacité à agir. » A ceux qui voudraient l’identifier comme « cinéaste des banlieues », il répond que cette étiquette est surtout limitante et dépolitisante, « empêchant une vision globale d’unité ».

T’as l’impression que quand tu fais un film de quartier, ou un film avec des rebeus et des renois, on a un p’tit strapontin, hop, et on est huit dessus, et alors “qu’est-ce que tu penses de ton voisin ? ” Mais laissez-nous tranquilles ! […] Alors ça se passe comment dans le ghetto des films de banlieue ? Vous vous entendez bien les gars entre vous ou pas ?

Mehdi Fikri

Rassuré de voir, lors des avant premières, un public non pas « plombé » mais galvanisé par l’espoir, Fikri conclut « en ces périodes de fond de l’air apocalyptique et dépressif, où on est un peu tous ramenés à notre impuissance politique, on a vraiment voulu faire un film qui montre que dans toutes les crises, mêmes les plus noires et les plus profondes, il y a des parcours d’émancipation qui sont possibles, il y a des solutions, de la lumière. » 

Cap sur les 1000 donateur·rice·s !
Faire un don
Total
0
Share